Les Voûtes
> Archives > Projets > L'association > Liens > Contact
| Avril 2007
• Vendredi 6 Avril 2007 à 20h30.

Soirée Sophie aime les Voûtes
Le Bruit du [sign] invite à jouer avec lui Outhouse.
Outhouse
Robin Fincker (saxophone ténor, clarinette), Mark Hanslip (saxophone ténor), Johnny Brierley (contrebasse), Dave Smith (batterie).
Outhouse est né en 2004 d'une série de sessions de musique improvisée… dans une "outhouse" (annexe de maison) du Nord de Londres. Depuis lors, le groupe se joue de la frontière entre musique écrite et improvisée au moyen d'outils divers et variants… Basé à Londres, le quartet est un des membres fondateurs du collectif Loop. Leur premier album paraîtra à l'automne.
Le Bruit du [sign]
Nicolas Stephan (saxophone ténor), Jeanne Added (voix), Julien Rousseau
(trompette), Julien Omé (guitare), Théo girard (contrebasse), Sébastien
Brun (batterie).
Le Bruit du [sign] réunit six musiciens autour de Nicolas Stephan,saxophoniste compositeur et d'un projet musical ambitieux. Le sextet fait ses premiers concerts à la fin 2003 au Studio de l'Ermitage et aux Voûtes à Paris. L'écriture musicale particulière, primée au concours national de Jazz de la Défense 2006, laisse la place aux individualités d'exprimer leurs accords et désaccords.
Ses influences oscillent d'Henry Threadgill et Tim Berne à Léo Ferré en passant par l'idée que l'on se fait d'un vrai groupe de rock avec de beaux cheveux.
Le Bruit du [sign] explore le son des gestes, des signes, des traces, des langages et les conflits du rythme.
( P.A.F. : 7 euros - Infos : sophieaime@lebruitdusign.com - www.lebruitdusign.com/ )

_
Du 13 au 19 avril 2007

IL FAUT BRULER POUR BRILLER
www.brulerpourbriller.com
>> Calendrier à télécharger (PDF).

A l’initiative de Jérôme Pique, Youness Anzane et Jonah Bokaer, Il faut brûler pour briller favorise la circulation géographique des artistes du spectacle vivant et propose du 13 au 19 avril 2007 un temps fort de rencontres entre artistes américains, français, européens et libanais. Nous souhaitons insister sur la rencontre entre artistes, participer à la mise en place de réseaux autonomes, permettre l'enrichissement par l’échange au niveau des esthétiques, des pratiques et des politiques de (sur)vie menées par les artistes. Ces derniers, réunis autour d’une série de propositions qui travaillent le corps, la voix, le texte et l’image, dessinent les territoires contemporains de la performance. Le programme est accueilli dans différents lieux d'Ile de France: l’Espace Khiasma (93), le Studio-Théâtre à Vitry (94), les Ateliers de Paris Carolyn Carlson (Paris 12), Naxos Bobine (Paris 11) et les Voûtes (Paris 13) qui ont développé un rapport de proximité avec les spectateurs, favorisent le travail de recherche et d'expérimentation. Le Forum de Blanc Mesnil scène conventionnée (93), est partenaire de l'événement en associant certains de ses artistes résidents, de même qu'Ars Longa ECM (Paris 11) pour le prêt de matériel multimédia.

>> Calendrier à télécharger (PDF).
Contacts:
Jérôme PIQUE – 06.22.23.63.38 – jepique@gmail.com
Youness ANZANE – 06.17.61.27.59 – youness@naxosbobine.org
Réservations : contact@brulerpourbriller.com
www.brulerpourbriller.com

NAXOS BOBINEwww.naxosbobine.org
KHIASMA - www.khiasma.net
STUDIO THEATRE - http://studio-theatre-vitry.bleu.net/
ATELIER DE PARIS Carolyn Carlson - www.atelierdeparis.org

_

Programme des Voûtes du lundi 16 avril au jeudi 19 avril 2007.
• Lundi 16 avril 2007 à partir de 20h00.

IL FAUT BRULER POUR BRILLER
www.brulerpourbriller.com
>> Calendrier à télécharger (PDF).

ALBAN RICHARD (Paris)
Reconstitution


Un concert de Laurent Perrier en présence de Mélanie Cholet, Max Fossati et Laurie Giordano.
Pendant que se développe en direct une musique abstraite autant organique que cérébrale, les trois interprètes évoluent suivant une stucture déterminée dans un quadrillage de l’espace. Partant de la marche, la dansenait de l’accumulation, de la construction et  de la déconstruction de cellules chorégraphiques. Des notes corporelles…
Alban Richard est un artiste chorégraphe résident au Forum de Blanc Mesnil depuis janvier 2007. Sa prochaine création, qui verra le jour au printemps 2007, sera présentée aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis en coproduction avec le CND. En plus ' une performance déjàa réalisée, qu'il adaptera au petit espace qu'est Naxos Bobine, Alban Richard présente aux Voûtes une étape de sa nouvelle créatiol.
Alban Richard is artist in residence at the Forum de Blanc Mesnil since 2007. His next creation will be presented in may 2007 at the Rencontres Chorégraphiques de Seine Saint Denis. He will present for « Il faut Brûler pour briller » two performances, a previous work that he will adapt for Naxos Bobine and the first draft of a new work.

EMMA MORIN (Paris)
Listen to me


Listen to Me est une partition pour percussions à une voix. La partition d’un écrivain que l’on entend écrire. Une voix qui parlerait de l’intérieur de la langue. Gertrude Stein interroge la forme « théâtre », joue avec ses composantes, mélange récit, description et dialogue et s’amuse de leurs imbrications. Au fil des pages, scènes, actes et rideau deviennent eux aussi personnages/characters questionnant leur propre existence.
Formée, musicalement au violon, à la danse classique, au yoga, au tango et au buto, Emma Morin commence le théâtre avec Fanny Gaillard et Jean-Jacques Roubine. Emma Morin travaille au théâtre avec Geneviève Schwoebel, Madeleine Marion, Dominique Frot ou encore Christian Rist, dont elle sera aussi l'assistante pendant les années de création du Studio Prosodique. Elle vient d’enregistrer un Grand Ensemble pour Sébastien Roux, qui sera joué en avril prochain à Nantes puis au centre d’art du Plateau à Paris. Elle dirige en ce moment pour le Théâtre de la Bastille le travail d'élèves d’une classe de Terminales-théâtre, et prépare pour la première fois une exposition de son travail photographique à Lelabo, maison de production des arts de la scène à Paris.
« Listen to Me » is a score for percussion instruments in one voice. The score of a writer whom one can hear writing. A voice that would talk from within the language. Gertrude Stein questions the “theater” form, plays with its components, interleaving recitative, description and dialog and having fun with the interactions between all of these. There will be work on the unexpected, the instantaneous, the here and now, and writing processes will be revealed thanks to a physical embodiment of the feelings they induce. The duration of the performance will be about half an hour.

WILFRIED WENDLING/HEDI TILLETTE DE CLERMONT-TONNERRE (Paris)
Opiomane


Ce texte aux références cinématographiques fortes, Lawrence d’Arabie de David Lean, Requiem for a Dream de Darren Aronofsky ou encore Midnight Express d’Alan Parker continue de s’écrire par l’intermédiaire de la musique elle-même. Le son prend en charge au même titre que la voix la narration en créant de véritables ambiances sonores : le désert, la place d’Alésia, les passages où le héros est sous trip.
Dans ce travail collectif, le canevas narratif apporté par le texte est sans cesse renouvelé par la musique et la scène. Il y a un aller-retour permanent entre texte et musique dans une réécriture de chaque instant. Cet anti-héros se débat dans la réalisation paradoxale de ses passions et de ses aspirations. Le rêve courant, banal, de chacun d’entre nous, est confronté au rêve toxicologique dans une dialectique du renoncement et de la reconstruction.

CHRISTIANE HOMMELSHEIM/NADIA CUSIMANO (Berlin)
You can count on me


La réalisation de cette peformance a été inspirée par la rencontre avec Deborah Hay (Chorégraphe et danseuse américaine) et Margaret Cameron (écrivain/metteur en scène australienne) pendant le programme « Tanzplan Berlin Pilot » organisé par le Co-operative Dance Education Centre en novembre 2006. Les deux artistes ont alors invité Margareth Cameron à les aider sur la création de cette pièce en février 2007 à Reichenow.
The making of this Performance was inspired by the encounter with Deborah Hay (Dancer/Choreographer, US) and Margaret Cameron (Writer/Director, Australia) during the „Tanzplan Berlin Pilot Program ARF(artistic reference frame) by the Co-operative Dance Education Centre in Nov. 2006 in Berlin. We then invited Margaret Cameron to further work with us in February 2007 in Reichenow. In „You can count on me“ we present the first staging of our ongoing questioning.


XAVIER BAERT (Paris)
EMPREINTES | 2004, 16mm couleurs, muet, 12mn | avec Cyril Accorsi


Apparition d’une figure dans la matière de l’émulsion. Le corps, le geste, les variations de vitesse, le voile manipulé par le danseur, la chimie du film se fondent dans une même matière. Une traversée d’états cinématographiques du corps, émaillée de réminiscences d’Étienne-Jules Marey et de Loïe Fuller. Deuxième volet d’une série sur les phénomènes d’absence et de présence au cinéma.
Après des études de musique, de philosophie et de cinéma, Xavier Baert participe à des publications sur le cinéma, notamment expérimental, et produit des documentaires pour France Culture. Il rejoint La Cinémathèque de la Danse en 2000, ou il s'occupe de programmes liés tant à l’histoire de la danse (Balanchine, Béjart, Valeska Gert…) qu’à une extension chorégraphique d’une histoire des images (clips, expérimental, films d’arts martiaux…), et coordonne le pôle Danses et images actuelles. Projets hors-normes bienvenus.

_
Programme des Voûtes du lundi 16 avril au jeudi 19 avril 2007.
• Mardi 17 avril 2007 à partir de 20h00.

IL FAUT BRULER POUR BRILLER
www.brulerpourbriller.com
>> Calendrier à télécharger (PDF).

EMILY LOGAN WEXLER (New York)
The Living Area

Le processus de création d'Emily Logan Wexler va s'attacher à explorer une recherche sur l'imaginaire féminin. En utilisant différentes sources et matériaux (son, images, sens) la chorégraphe se place au centre de ce processus de recherche et des conditions de l'existence d'une performance, incluant en cela les besoins et idées des danseurs qui l'accompagnent. Le vocabulaire développé est spécifique à chaque travail, mais il s'inscrit dans une recherche d'authenticité immuable.
Emily Wexler est diplômée d'un BA de danse de la Hollins University. Son travail a été présenté à la Judson Church, au Dance Theater Workshop (DTW), Movement Research, Dixon Place, The Fiek, Jefferson Center. Elle a dansé dans les dernières pièces d'Ann-Liv Young (Théâtre de la Bastille en novembre 2006), également pour Katy Pyle, Karinne Kiethly, Sam Kim.
Description of work: My process generally tends to include the research and curiosity of imaginary worlds for women and girls. By using many simple influences such as small sounds, images, and senses, I am able to find myself in a place which evokes a place of exploration for the work and for the possibilities it may have for existing. The work is very open to including the needs and ideas of all the dancers and people within the process.The movement vocabulary is specific to each work, but the search for authenticity is a constant pursuit. Most of all, the process and the work use play and experimentation to try and convey something which may be important.
Emily Wexler holds a HYPERLINK "http://B.A.in/" \n _blankB.A.in Dance from Hollins University. Her works have been seen at Judson Church About Town series located at Dance Theater Workshop and presented by Movement Research, Dixon Place, The Field, Galopagos, Aunts, and the Jefferson Center. She has had the honor of working with Ann Liv Young, Katy Pyle, Karinne Kiethly, and Sam Kim. She lives in Brooklyn, NY and Philadelphia, PA.

ALEXANDRE PAULIKEVITCH (Beyrouth)
Sans titre


Cette performance tente de trouver une place à l’homme dans une danse qui est essentiellement féminine et qui est devenue avec le temps un mode de production d’une certaine féminité normative au Proche Orient. Pour cela il est essentiel de déconstruire le genre, afin de trouver une place a l’homme dans la danse orientale non pas comme une vulgaire imitation de la femme, mais en tant que danseur tout simplement, et arrêter d’imposer le genre comme défenseur de l’intégrité d’une danse qui ne connaît toujours pas son importance…
Alexandre Paulikevitch est né le 20 février 1982 à Beyrouth au Liban. Danseur, comédien et chorégraphe, il découvre la danse des son enfance ou il a grandi dans un environnement oriental ou la danse, le chant et la musique sont très présent. Il joue et tourne avec plusieurs chorégraphes et danseurs très connus dans le milieu de la danse comme Leila Haddad, Mohamed Haidar, Souraya Baghdadi…
Il entreprend de l’étude théâtrale ainsi qu’une licence en danse qui vont lui permettre de réfléchir et bien maîtriser son art. En 2006, il revient au Liban avec la forte motivation de créer un espace de réflexion autour de la danse dans un milieu artistique pour évoluer la scène du spectacle vivant et de déplacer la pratique de la danse orientale vers le théâtre et la performance.

MOVING THEATER (New York)
58


58 est une suite de 59 qui était une suite de 60, un travail d'improvisation de 60 minutes que Moving Theater a présenté en novembre 2006 à la Générale (Paris). Cette performance était alors réalisée par Jonathan Drillet, Hadly B.Nunes et Ryan kelly.
Dans 58, c'est Hadley qui disparaît. Ryan et Jonathan vont tenter de créer une pièce à partir des souvenirs des précédentes. Le travail évoque la mémoire, l'oubli, et la lutte des performeurs à le représenter.
Créé en 2002 par Ryan Kelly et Brennan Gerard, MOVING THEATER est une compagnie de théâtre et de danse new-yorkaise qui a inscrit son travail dans une collaboration avec des artistes d'horizons et d'univers varies: danseurs, comédiens, musiciens, plasticiens, architectes, écrivains. Depuis juillet 2006 MOVING THEATER est compagnie résidente de CHEZ BUSHWICK.  Dirigé par Jonah Bokaer (choregraphe et danseur de la compagnie Merce Cunnningham), et situé dans un quartier populaire de Brooklyn, ce lieu est devenu en quelques années un acteur incontournable de développement et de présentation de la nouvelle création artistique new-yorkaise.
cinquante-huit is a sequel to 59 which was a sequel to SIXTY, a 60-minute improvisational piece Moving Theater performed at La Generale, an artists' squat in Paris, in November 2006.  SIXTY was performed by Jonathan Drillet, Hadley B Nunes and Ryan Kelly.  
Shifting forms, locations and casts, Moving Theater tells the story of three of its performers--Jonathan, Hadley & Ryan--through events both real and imagined.  In cinquante-huit, Hadley is left behind.  Ryan and Jonathan attempt to re-create and re-stage what they remember of the previous performances.  The work playfully and painfully deals with memory, forgetting, and every performer's struggle to re-present.
Moving Theater is a performance group committed to interdisciplinary collaboration, formal experimentation, and the convergence/collision of dance and theater. The company has completed residencies at the Old American Can Factory in Brooklyn (2005); the Morriss Center Dance Institute in East Hampton, NY (2004), and in Hudson, NY (2003).  Moving Theater is in currently in residence at the Watermill Center. As of August 2006, Moving Theater is the company-in-residence at Chez Bushwick. HYPERLINK "http://Www.movingtheater.org/"www.movingtheater.org

OLIVIER ZOL (Marseille)
Musique improvisée


Travaille autour de performances et installations noise .
Olivier Zol anime le label Bourbaki-. Depuis 7 ans, ce label édite de la musique cinématique et de la poesie sonore. Ses productions dessinent une série de paysages intimes et oniriques. Chacun de ses opus décline une succession de notes et d’instantanés retraçant un voyage. Le cinéma demeure une source majeure de son inspiration, mais ce cinéma se souhaite aveugle. Il n’use pas de citations catégoriques mais plutôt d’affleurements. Il joue d’ambiances et de résonances plutôt que de figurations . Parallèlement aux sorties CD Zol travaille une série de visuels basées sur la lumière (mystique) du larsen vidéo, associés a des plans fixes de nuages .
Olivier Zol is a sound performer and makes « noise » installations. He directs the music Label Bourbaki. This label edits for 7 years cinematic music and sound poetry. Its productions draw series of intimate and dreamy lands. Cinema is a major source of inspiration. Zol works on series of visuals based on light of video cracks, associated with still shootings of clouds.

AMI GARMON/JULIA JARCHO (Berlin/San Francisco)
Take me away


Ami Garmon présentera à « Il faut brûler pour briller » une nouvelle pièce réalisée en collaboration avec l'auteur et performeuse américaine, Julia Jarcho. Take Me Way: The Amazing Disposabke Body examine l'étrange et terrifiante rencontre entre l'esprit féminin et le corps féminin.
Chorégraphe et danseuse contemporaine, Ami Garmon a travaillé avec Philippe Découflé, Pierre Droulers, Marco Berretini et d'autres. Ancienne gymnaste et danseuse, elle a étudié la kinésithérapie pour les danseurs, le yoga (Iyengar, Jivamukti). Elle a travaillé pendant deux années avec Steve Paxton sur la recherche « Material for the Spine ». Elle est également professeur certifiée de Pilates.
Take Me Away: The Amazing Disposable Body will examine the strange and terrifying encounter between female mind and female body, the tension between success-as-flight and success-as-flesh. As good postmoderns, we know that the mind/body split is a figment of Cartesian imaginations… but that doesn’t make it any less seductive. What if we could shed all the remnants of our adolescent awkwardness-- the burdens of bearing gazes and bearing children-- once and for all in an escape to the purely verbal? Of course this fantasy is a suicidal one, since a woman without a body is nothing. But it is a fantasy, with its own dream-geography of pleasures and perils and a soundscape drawn from all of Western literature. This is the world we intend to explore in our piece.
Contemporary choreographer and performer (D).
She worked with Philippe Decouflé, Pierre Droulers and Marco Berretini and others. A dancer and former gymnast, she has studied kinesiology for dancers, yoga (Iyengar, Jivamukti). With Steve Paxton she worked privately for two years on his Material for the Spine research. She is a fully certified Classical Pilates trainer.

_

Programme des Voûtes du lundi 16 avril au jeudi 19 avril 2007.
• Mercredi 18 avril 2007 à partir de 20h00.

IL FAUT BRULER POUR BRILLER
www.brulerpourbriller.com
>> Calendrier à télécharger (PDF).

MAYA BOQUET (Paris)
Madame Felletin la nuit, je filme les papillons


Ce projet est né de la proposition de Youness Anzane de faire se rencontrer Gilles Rouard et Maya Boquet à partir du texte du premier et de sa mise en espace par la seconde.
Cette rencontre particulière se doit d’élaborer son propre processus de travail, et les deux interlocuteurs entrent en résonance, se font écho et prennent soin d’un passage délicat entre le son et le visuel. Le texte de Gilles Rouard est une voix-off, déjà enregistrée. Cet objet sonore devient très fort et dessine de lui-même des directions scéniques. Je me propose de mettre en espace, l’écoute de cette voix-off, et de permettre au spectateur de vivre une expérience à la fois collective et individuelle.

HEEKYUNG CHO (Vienne/Corée du Sud)
News de Deborah Hay


Artiste chorégraphe et performeuse installée à Seoul, Hee-Kyung a été diplômée en arts plastiques de l'Université Nationale de Seoul: elle a alors étudié et travaillé sur les installationsk, la video, la performance et le théâtre ainsi que la peinture et tout en étudiant parallèlment la danse. En 2006 elle est diplômée d 'un Master de chorégraphie de la Korean National University of Arts.
Elle s'inspire à la fois des pionniers de la post-modern dance comme Yvonne Rainer, Steve Paxton, Deborah hay, Simone Forti , et par Yun Seok Lee, mâitre du théâtre de masque traditionnel coréen, le “Goseong Ogwangdae ».
Elle a suivi des worshops de Daniel Lepkoff, Deborah Hay, Mark Tompkins, Alain Buffard, Gill Clarke, Trisha Brown Company members and Simone Forti. Elle a chorégraphié et présenté plusieurs pièces à Yokoham (Japon), Montpellier (France) ainsi qu'en Corée.
Elle a été sélectionnée en 2006 pour participer au 4e Forum Danse Pointe to Point Asie-Europe à Varsovie (Pologne) 2006 et en 2007 pour le programme de résidence Djressi sous l'égide de l'UNESCO. Elle travaille actuellement sur le projet «Jenseits des Todes – HM3 (Beyond Death) à Vienne.
Independent choreographic artist based in Seoul.
Heekyung Cho had majored in Painting at Seoul National University. She worked in installations, single channel video works, performances and theatre as well as painting. then grew deeply into dance. In 2006 she graduated the Master’s program in Choreography at the Korean National University of Arts.
She has been inspired by those of the pioneers of Postmodern Dance like Yvonne Rainer, Steve Paxton, Deborah Hay and Simone Forti and by Yun Seok Lee, a Master of Korean Traditional Masked Drama “Goseong Ogwangdae”. Workshops: Daniel Lepkoff, Deborah Hay, Mark Tompkins, Alain Buffard, Gill Clarke, Trisha Brown Company members and Simone Forti.
Her pieces were presented in Yokohama, japan and in Montpellier,France as well as in Korea. selected for 2006 the Fourth Asia Europe Dance Forum- Pointe to Point, Warsaw, Poland and 2007 Djressi Residency program under the UNESCO-Aschberg 2006 Bursaries for Artists programme, Califonia, USA. She is currently working in the theather research project 'Jenseits des Todes – HM3'( Beyond Death) in vienna.

CLEMENT VICTOR (Paris)
Théâtre Instantané

Théâtre Instantané
Quand un groupe d'écrivains de plateau rencontrent des musiciens improvisateurs avec leurs instruments que se passe-t-il ?
Après un travail de deux ans sur l'écriture instantanée d'un spectacle directement sur le plateau : visions, surgissement de l'imaginaire, émergeance du langage, apparition d'une narration surréaliste… le groupe d'acteurs-créateurs, d'actrices-créatrices du Théâtre Alchimique se mêle à la musique de l'instant.
Les corps s'engagent, les paroles fusent et la musique… et la musique infuse…
Performance pour une courte dizaine de personnes.
Avec les musiciens de la classe d'improvisation du CNSMD de Paris.
Clément Victor
Ses débuts de plateau sont placés sous le signe Théâtre/Danse à Toulouse. Après une formation d'acteur à l'école du Théâtre National de Strasbourg, il fonde sa compagnie Le Théâtre Alchimique et se rapproche d'un théâtre du corps en pratiquant danse et cirque. Il met en scène La Jeune Fille, le Diable et le moulin d’Olivier Py (2003), puis s'oriente vers l'écriture instantanée après contact avec Julyan Hamilton et "orchestre" le Théâtre Instantané (2004, 2005), puis Les Enchanteurs (création permanente), avec 10 acteurs-créateurs (2006). Il travaille avec différents metteurs en scène, notamment Jean-François Peyret, écrit Pluie d'encre duo poétique et musical avec un pianiste (Christophe Imbs) et développe le personnage de Mr Loyal lors des 7ième rencontres d'été à la Maison du comédien -Maria Casarès.

_
Programme des Voûtes du lundi 16 avril au jeudi 19 avril 2007.
• Jeudi 19 avril 2007 à partir de 20h00.

IL FAUT BRULER POUR BRILLER
www.brulerpourbriller.com
>> Calendrier à télécharger (PDF).

KOEN DE PRETER (Anvers)
Les mots


Jeune danseur flamand ayant travaillé avec Anna Theresa de Kersmaeker, Sasha Waltz, Raimund Hoghe, il présente aux Voutes un solo créé en 2006, Les Mots, sur une musique de Léo Ferrré.
Ce solo est une traduction poétique et mise en mouvement de la chanson « Il n'y a plus rien » de Léo Ferré. Une concentration sur des mouvements minimalistes auxquels s'ajoutent des moments explosifs. Un travail d'introversion. Ferré parce que ce conflit entre le noir et le blanc, parce qu'il interroge en permanence son propre outil: le texte.
The solo is a poetic translation of the spoken word-song ‘Il n’y a plus rien by Léo Ferré’, which texts are as well political as poetic. I concentrated on minimal movements, not without some more explosive moments. I believe the work is quite introvert and personal, I still have the need to perform it on stage. This comes out my first programme for this solo: “Dance because of her poetic beauty. Ferré because of his battle between ‘noir et blanc’, because of his questioning of his own medium: words. Like I want to dance, but prefer standing still.”

PEDRO PAUWELS (Paris)
Sens 1


Deux danseuses, attachées l’une à l’autre par le pied gauche, dansent sur un tapis de bulles en plastique qu’elle s’évertuent à crever en faisant du bruit, proche du ronflement d’un moteur d’avion... A travers une chorégraphie sonore originale, Pedro PAUWELS présente une approche nouvelle du spectacle de danse en incitant le spectateur à ressentir physiquement les mouvements du corps dansant.
Né en Belgique, Pedro Pauwels suit ses premiers cours de danse à l'École Renate Peter de Bruxelles, puis obtient une bourse au Centre Rosella Hightower à Cannes où il suit les cours de classique, de jazz, de moderne, de thérapie et de solfège. Il entre dans le Jeune Ballet International de Cannes, où il travaille un répertoire contemporain. Il y rencontre de grands noms de la danse tels Dominique Bagouet, Mathilde Monnier, Peter Goss, Viola Farber, Jean-François Duroure, Bella Lewitsky.
Il n'hésite pas à créer en collaboration avec d'autres disciplines - théâtre, danse hip-hop, musiques improvisées ou techno, cinéma - et continue de travailler régulièrement comme interprète ou comme chorégraphe invité au Jeune Ballet de France, à Tunis, en Martinique.

LIPING TING/THIERRY MADIOT (Paris)
Danse/musique


Artiste-chorégraphe issue du théâtre expérimental, Li-Ping vagabonde au sein de l'art par le mouvement, l'action ou la performance entourée d'objets du quotidien ( sucres, betteraves, craies, papiers, scotches…), en qualité d'Actante-Invitée-Observatrice.
Elle effectue ses études universitaires à Taiwan et à Paris en Philosophie et en Théâtre. Elle vit et travaille à Paris.depuis 1989.
Liping Ting est une " artiste du mouvement ", une poète, elle fait partie de la "deuxième génération" des topophonistes, avec Thierry Madiot, ils ont créé Inouïr .
« Je suis arrivée à Paris par hasard. Je voulais aller à New York, mais je n’avais pas les moyens financiers. Vivre en Europe, c’était plus simple. Une fois arrivée, j’ai été perturbée par le quotidien, en tant que femme étrangère. Je l’ai vécu comme quelque chose de dangereux. Je me souviens de discussions avec d’autres étrangers, d’autres français mal-amenés. J’étais en province, dans l’Est de la France. ».

_