Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
> Archives > Projets > L'association > Liens > Contact
| Décembre 2007
• Samedi 1er décembre 2007 à 19h30.

VulturesMusick présente
ERNESTO TOMASINI sings OTHON MATARAGAS FABRIZIO MODONESE PALUMBO w/ SPECIAL GUEST RESIDENCIEL (Seconde Chambre, FR)
Torch songs & Cabaret Noir.

Othon Mataragas est le nouvel enfant terrible de la scène musicale alternative. Compositeur et pianiste de formation classique, d’abord en Grèce (où il est né) et ensuite à Londres (où il vit maintenant), il a su développer un style qui lui est propre. Membre de Current 93 depuis mars 2007, il travaille en ce moment sur son premier album composé de morceaux instrumentaux et de chansons d’amour écrites pour Ernesto Tomasini, David Tibet, Marc Almond et chantées par eux.
www.myspace.com/othonmataragas
Fabrizio Modonese Palumbo
Il participe à de nombreuses productions et groupes : XXL la rencontre entre Xiu Xiu et Larsen dont il est membre permanent, (r) : deux albums à son actif. Son nouveau projet Blind Cave Salamander avec notamment Julia Kent (Antony & the Johnsons...), tourne avec Nurse With Wound sur les scènes européennes.
 www.myspace.com/fabriziomodonesepalumbo
Ernesto Tomasini
Né à Palerme (Italie), il peut s'enorgueillir du titre de 'la figure culte ultime' donné par la presse. Après avoir joué pendant 20 ans au théâtre et dans le vaudeville à travers le monde, Ernesto s’essaie depuis peu à la musique expérimentale. Il a joué et enregistré avec Andrew Liles (Nurse With Wound, Faust), il est la muse d’Othon Mataragas et vient tout juste d’enregistrer l’album Canes Venatici, avec Fabrizio Modonese Palumbo. Aux Voûtes il jouera des extraits de cet album avec Fabrizio et chantera quelques chansons que Othon Mataragas a écrites pour lui.
www.myspace.com/ernestotomasini
Praise for Mataragas/Tomasini :
'The utterly outstanding concert with Ernesto Tomasini and Othon Mataragas (...) consists of a line of dramatic but also very deeply moving songs. (...) Tomasini's vocal span of 4 and a 1/2 octaves in itself was enough to thrill the audience but this sort of technically impressive performance was not the main focus. There was in store a wonderful tour-de force [that] made the evening just as uplifting and joyful as it was moving. (...) The concert with Tomasini and Mataragas was in short, not only filling the chronic emptiness of the zeitgeist (being truly and deeply felt around a project a league above) but also an aesthetic vacuum.'
Martin Hall, Copenhague 7 Octobre 2007
Résidenciel (ex-Seconde Chambre,FR)
Nouvel hybride crée dans la tête de Jean Pierre Théolier est une résURGENCE, une résuERECTION, un phénix. L'histoire : la grande : Secondechambre sort trois albums (1985, Lord Brain; 1987 Brisé; 1989 An Expensive Party) et participe à de nombreuses compilations dont Unreleased sur le label Présage. Seconde Chambre est notre apport en France à une définition du Post Punk ...
Une des influences majeures restera Marquis de Sade. Jean pierre Théolier, grand voyageur & Mr Pharmacist, met "sa peau sur la table" comme dira LF Céline et s'en va. Après une errance à travers le monde dont 7 mois au Gabon en tant que missionnaire et un livre "Résidence" qui passera dans de nombreuses mains avant de se voir publier chez Calman Levy en 2004 pour finir sauver du Pilon par TH du Syndicat du Hype. Il est temps aujourd'hui de lui laisser la place qu'il s'est toujours refusé à tenir.
Note : Un certain Monsieur Gurdjieff enseignait que l homme (Fun House !) est construit en quatre chambres, la seconde étant celle des émotions, et le groupe savourait son nom (c est a dire son émanation, son esprit), de manière on ne peut plus douteuse.
Jean Pierre Théolier 
www.myspace.com/rsidencieljeanpierretholier
www.myspace.com/secondechambre
( Entrée 12 euros - Ouverture des portes : 19h00 - Ticket en vente via www.fnac.com , www.digitick.com, www.ticketnet.fr Réservations (sans frais) via vulturesmusick@free.fr
(Donner votre nom et prenom) - Tel : 01 42 00 96 75 - Pour plus de renseignements : www.myspace.com/vulturesmusick )


• Mardi 18 décembre 2007 à 20h30.

Un concert a l i _ f i b
STARS OF THE LID (US).
PETER WRIGHT (NZ).

Avec le soutien de A quoi tu penses (www.aquoitupenses.com) et de Ether, et Crac! (Radio Campus Paris 93.9 FM).
Des places de concert sont à gagner exclusivement sur Radio Campus Paris 93.9 FM lors de l'émission Ether, et Crac! du lundi 10 décembre entre 22h30 et minuit (Dossier de presse PDF)
STARS OF THE LID (USA / Kranky)
www.myspace.com/starsofthelid
www.myspace.com/nataliewiseblood
http://brainwashed.com/sotl
Quiconque a baigné il y a dix-douze ans dans les nappes de guitares éthérées de Labradford ou Flying Saucer Attack, et bâti une partie de sa culture musicale en épluchant le catalogue de Kranky, sait ce que « ses » années 90 doivent à Stars of the Lid : des heures d'écoute solitaire et somnolente perché très haut, à observer la douce transmutation d'un groupe de rock atmosphérique en un orchestre de chambre. Sans SOTL, combien d'oreilles n'auraient jamais entendu les noms de Arvo Pärt et LaMonte Young, les mots « paysage sonore », « drone » ou « musique ambiant », découvert ce qui relie étroitement les noms de Brian Eno, Gavin Bryars et David Lynch ? Muette et majestueuse, la musique d'Adam Wiltzie et Brian McBride est une musique de climats et de reliefs, où les guitares traitées, le piano, les cordes et les cuivres s'épousent pour donner naissance à des morceaux où seuls les variations de volume et le feedback fondent la dynamique.
Le duo a publié son premier album Music for Nitrous Oxide en 1994, un an avant la parution de Gravitational Pull vs. the Desire of an Aquatic Life. Signé entre temps chez Kranky, SOTL refait surface en 1997 avec un album épique, The Ballasted Orchestra. Per Aspera Ad Astra, leur collaboration parue en 1998 avec le peintre Jon McCafferty (l'auteur de la pochette de l'album Green de R.E.M.) précède la parution chez Sub Rosa de Ave Laudenum. Les double albums Tired Sounds of Stars of The Lid en 2001 puis And Their Refinement of the Decline en 2007, marquent les dernières étapes en date de leur discographie.
En marge de SOTL, Adam Wiltzie a enregistré et joué sur les trois premiers albums de Windsor for the Derby. Co-fondateur de Aix em Klemm, le duo qu'il forme avec Bobby Donne (Labradford), il est aussi l'instigateur du projet musical et vidéo The Dead Texan. Comme ingénieur du son, Adam a travaillé en studio et sur scène avec Labradford, The Flaming Lips, Mercury Rev, Bedhead, Sparklehorse, etc. Brian McBribe a quant à lui été membre de Pilot Ships, et a publié en 2005 sur Kranky un album solo, When the Detail Lost its Freedom.
SOTL se produira à huit (avec une section de cordes). Leur concert, le premier à Paris depuis janvier 2002, sera accompagné de projections en 16mm.
« Six ans. Six ans depuis la sortie du désormais cultissime The Tired Sounds Of Stars Of The Lid qu’Adam Wiltzie et Brian McBride n’avaient plus édifié conjointement ces longues tirades de drones de guitare qui ont fait la marque de fabrique du groupe-phare du label Kranky, et de ce qui est sans doute un des projets instrumentaux les plus insolites de ces dix dernières années (...) And Their Refinement Of The Decline, double-album tant attendu, garde cette double force immanente de la musique du duo américain. Celle d’une aura majestueuse, s’élevant comme un soleil naissant dans une harmonie de volutes sonores délicieuses. Et celle d’une ambivalence fusionnelle faite de variations subtiles, capables en une fraction d’instant (...) de plonger la béatitude la plus légère dans une effusion dramatique à la profondeur vertigineuse. » - Octopus (Laurent Catala)
« With each record, Stars of the Lid seem to assess what tools are at their disposal and then set about seeing how they can maximize the result. Their continued explorations into more varied instrumentation and richer sonics are a smashing success. Still, in their crowded field, it's hard to say exactly what makes Stars of the Lid so special. It comes to mind that their relentless commitment to subtlety sets them apart, as does their masterful hand with tone. » - Pitchfork Media (Mark Richard-San).
« In the absence of Labradford, gone some six years now, SOTL may likely be the closest thing to Kranky incarnate (...) An anomaly in the label's roster – an Out Hud here, a Deerhunter there – is ostensibly a deviation from the SOTL template. A potent concentrate, they are a veritable table of the Kranky elements. » - Dusted Magazine (Bernardo Rondeau).
« This is massive music, designed not to move mountains, but the ground beneath them. It's the sound of deep sea disintegration (...) I guess it's sick-bed music for people who didn't ask for it (...) Beyond these rather elliptical qualities, I can confidently say that this is some of the most astonishingly beautiful music being made today. » - Tiny Mix Tapes (Willcoma)
« The listener who comes away from the two-hour experience of And Their Refinement of Decline without becoming a bit misty at least once is too hardened for my friendship. » - Stylus Magazine (Bryan Berge)
PETER WRIGHT (Nouvelle-Zélande / PseudoArcana, Last Visible Dog, Ikuisuus, ...)
www.distantbombs.com
www.myspace.com/distantbombs
Voilà presque dix ans que le guitariste et improvisateur néo-zélandais Peter Wright a publié en digne héritier de The Dead C, son premier album de paysages sonores nourris de drone et de feedback, sur son propre label Apoplexy.
Depuis 1998, ce sont près de 30 disques solo qui lui sont crédités, publiés sur une myriade de labels (Students of Decay, Blackest Rainbow, PseudoArcana, Last Visible Dog, Ikuisuus, ...). Son dernier (double) album, At Last A New Dawn, est l'occasion pour le musicien de revisiter quelques-unes de ses premières immersions dans le feedback et la distortion, et de tracer un paysage urbain évoquant sa ville d'adoption, Londres, où il s'est installé en 2003.
Un concert de Peter Wright relève de l'expérience sonore. Avec pour seul équipement une 12 cordes électrique Danelectro en open-tuning, une banque de sons concrets et de field recordings, et des pédales d'effets à foison, Wright assemble ces différents ingrédients pour se frayer un chemin, éclairé à la bougie, vers un univers sonore aussi étrange que familier, scintillant timidement comme les lumières lointaines d'une ville vue du ciel. Par moments, ses rêveries instrumentales acquièrent un visage presque lyrique, sinon poétique, vascillant comme des souvenirs à peine formulés. Les formes musicales simples qui en résultent, portent en elles de fortes résonances intimes et personnelles, amenant l'auditeur, institué témoin d'une cérémonie privée, à cet état contradictoire où il se sent voyeur mais reste magnétisé par ce qu'il observe.
«Wright excels at this kind of slow poetic reveal, and succeeds in opening up intense imaginary spaces.» - The Wire (Matthew Wuerthrich)
«Peter Wright's music is projected skywards – through his soundscapes of shattering feedback drones or layers of bowed guitars one gets in touch with the basics of listening in a series of communicating waiting rooms that constantly appear and disappear, reminding us that human experience should not be measured in terms of so-called spiritual values but by our ability to detect and reproduce colours in sounds or physical vibrations (...) The economy of means with which Wright produced such gorgeous immobile awareness if inversely proportional to the under-the-radar proliferation of his limited-quantity editions that, for the most part, sell out almost immediately (...) Our man confirms himself as one of the true greats and it's about time his music reached a wider audience, as its transcendental repetition is a veritable blessing for today's tormented ears. » - Paris Transatlantic (Massimo Ricci)
«If Windy & Carl's vision of Antartica is your idea of bliss, you will drool over this soundscape depiction of Peter Wright's home in New Zealand.» - Fakejazz (Jim Steed)
«Wright seems the logical successor to native Kiwi, sound manipulator extraordinaire, Roy Montgomery (...) He pushes the limits of simplicity without ever breaking. Wright's albums are a thing of sheer, pure beauty, existing in a vacuum where nothing on the outside can tamper with their grace (...) As always, Peter Wright offers up something wholly infectious and undebatably magnificent. » Foxy Digitalis (Brad Rose).
(Entrée 12 euros - Information : www.myspace.com/alifibgigs - Réservation : resa.alifib@gmail.com - Prévente : Bimbo Tower 5, passage Saint-Antoine 75011 PARIS M° Bastille/Ledru-Rollin).

• Vendredi 21 décembre 2007 à 20h30.

Sophie aime les Voutes
Maxime Delpierre guitare solo
Cela fait déjà quelques années que ce jeune guitariste ne cesse de nous surprendre. Qu’il navigue entre le rock furieux à la Sonic Youth ou les évanescences  d’un Ry Cooder, on commence à reconnaître sa griffe. Maxime Delpierre est un des artistes majeurs du label Chief Inspector que l’on peut entendre avec Collectif Slang ou encore avec l’album Limousine qui aura surpris beaucoup de monde l’an dernier. Insaisissable ce garçon ne pouvait que se trouver des affinités avec Louis Sclavis aux côtés de qui il joue dans l’album du clarinettiste qui vient de paraître chez ECM ( L’imparfait des Langues). A venir un prochain album qui sortira en avril avec Jim Black. www.maximedelpierre.com
le bruit du [sign]
Jeanne Added voix
Nicolas Stephan sax
Julien Rousseau cuivres
Julien Omé guitare
Théo Girard contrebasse
Sébastien Brun batterie, machines
+
Zak Cammoun mise en son
Yohann Verspuy photographies
Pierre Constantin dessins
www.lebruitdusign.com
Le bruit du [sign] réunit 6 musiciens autour de Nicolas Stephan, saxophoniste, compositeur et d'un projet musical ambitieux.
Une voix, une trompette, un saxophone, une guitare, une contrebasse et une batterie se fondent en une sonorité et un langage toujours plus actuel. 
L'écriture musicale particulière et originale (primée au concours national de jazz de la défense en 2006) laisse la place aux individualités d'exprimer leurs accords et désaccords. Nos influences oscillent d'Henry Threadgill et Tim Berne à Léo Férré en passant par l'idée qu'on se fait d'un vrai groupe de rock avec de beaux cheveux.
Le bruit du [sign] où le son des gestes, là où le fond et la forme se confondent.
Nous aimerions être lus d'autant de manière qu'il y a d'auditeurs.
( P.A.F. : 7 euros - Infos : sophieaime@lebruitdusign.com - www.lebruitdusign.com/ )