Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
Programme > L'association > Archives > Photoblog > Contact




PROGRAMME




Décembre 2013

Mercredi 4 décembre, jeudi 5 décembre et vendredi 6 décembre 2013 à 20h00

Concerts

Mercredi 4 décembre à 20h45
— 1ère partie Mr. Fly
La tournée d'adieu de Mister Fly
Un Opéra Rock de Chambre.
Après 20 ans de non-carrière, Mister Fly plonge dans le concert qu'il n'a jamais fait. Il a toujours rêvé d'être une Rock Star, un Super quelqu'un, un Super Fly. Une  vie d'absence et, tel un nouveau départ, il fait ses Adieux.
misterfly2012.wordpress.com
Facebook.com/misterfly2012

Jeudi 5 décembre
— 1ère partie Tiphenn Fauchois en Quartet
Style musical unique, métissé et novateur, groove résolument hypnotique, énergie communicative, ambiance festive sont quelques unes des caractéristiques des concerts de Tiphenn Fauchois. Chanteuse et joueuse de n'goni (luth-harpe d'Afrique de l'Ouest), elle vous surprendra par ses interprétations singulières, ses compositions originales et son sens de l'improvisation. 

Vendredi 6 décembre
— 1ère partie Vendege
Influencé par des artistes tels que Jonsi et Sufjan Stevens, la musique de Vendège s'ancre dans un univers bien particulier. Le nouveau projet de Thibault Marchal propose une atmosphère rappelant Sigur Rós ou encore Björk, que l'on peut découvrir dans son premier EP Igor, tout juste sorti. Dès la première écoute, on est séduit par la douceur et l'harmonie des titres ; un habile mélange de sons et de voix, tout en délicatesse, savamment orchestré.

Tous les soirs, en deuxième partie:

Nother Land
Dès la première écoute les nuances sonores et les arrangements amènent à poursuivre la découverte d'un monde aux textes troublants, tableaux qui parlent de chemins parcourus, d'images qui dépeignent la vie, sa beauté et sa fragilité. Un style accessible, des compositions chaleureuses, teintées d'électropop, un rock Progressif Français, doté sur scène d'une énergie qui ne laisse pas indifférent.

— Le Plastik Arkestra voit le jour en 2010 sous l'égide d'Antoine «Toto» Rossi.
Ses aventures passées au sein des Garçons Bouchers, de Tarace Boulba et d'Urban Sax, entres autres, l'amène à évoquer ses propres rêves.
Le collectif du Plastik Arkestra est composé d'une rythmique — guitare, basse, batterie et d'une dizaine de soufflants — saxophone, trompette, trombone, flûte pour les thèmes, riffs et solos. Les compositions originales s'agrémentent de costumes et décors ajoutant une délicieuse magie à la musique. Une musique naïve qui emporte l'auditeur dans les contrées d'un folklore imaginaire.

plastikarkestra@gmail.com
http://www.youtube.com/watch?v=B3kVk-dPTeg
http://www.youtube.com/watch?v=2GfU4-YZrBA

(Entrée 10 euros)




Décembre 2013

Samedi 7 décembre 2013 à partir de 13h00

Colloque : Eros militant

Le cinéma de Lionel Soukaz

A partir de 13h00 : Journée de conférences et de projections

Le parcours du cinéaste-poète Lionel Soukaz est indissociable de nombreux mouvements radicaux, politiques, intellectuels et artistiques de 1970 à nos jours. Né en 1953, il côtoie au début des années 1970 le Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire (FHAR) avant de rencontrer René Schérer et Guy Hocquenghem avec qui il réalise en 1978-79 Race d'Ep, une histoire d'un siècle d'homosexualité, classé X par la Commission de contrôle des films cinématographiques. En réaction contre la censure, Lionel Soukaz tourne l'année suivante Ixe, film de révolte et de « vitalité désespérée ». 

Ses premiers films sont marqués par l'expression des désirs homosexuels puis l'épidémie du Sida l'amène, à partir des années 1980, à réorienter son travail : il filme dès lors ce qu'il advient de la « communauté de pédés, de pauvres, de toxicos » décimée par la maladie mais aussi mobilisée par la lutte. En 1991, Lionel Soukaz s'empare de la vidéo, légère et peu coûteuse, et initie son Journal Annales, œuvre monumentale de plus de 2 000 heures dans laquelle il saisit son quotidien, les manifestations publiques comme son intimité. 

Au début des années 2000, ses premiers films sont redécouverts grâce à la rétrospective « Jeune, dure et pure ! » organisée par la Cinémathèque française.  Il est alors reconnu pour la qualité de ses expérimentations esthétiques et ses films sont présentés comme un emblème du cinéma d'avant-garde de son époque. Tandis que Lionel Soukaz continue, « en artisan », d'explorer les matériaux argentiques et vidéo, des démarches de sauvegarde sont engagées par des institutions patrimoniales : les films qu'il a tournés en 16 mm dans les années 1970 sont restaurés par les Archives françaises du film et la Bibliothèque nationale de France a récemment entrepris la numérisation de son Journal Annales. 

Ce colloque, le premier sur cet œuvre, propose de sonder, dans toute leur diversité, les films, les engagements et les pratiques de Lionel Soukaz, en s'intéressant également à ses collaborations et ses diverses activités artistiques. 

A partir de 20h00Cabaret Soukaz

Une soirée de cabaret programmée par Lionel Soukaz ! "Le cabaret du Souk, ce sont des musiques du monde liées par l'amitié, l'amour et l'extase..." En présence de Juan Ramos, chanteur de tango argentin de la Cie Cambalache, du groupe de fusion indo-jazz Trimurti, de danseurs kuchek et du performer pédéléctro-hophop-variétoche Infidel Castra.

Le colloque "Eros militant : le cinéma de Lionel Soukaz" est organisé par le Labex Arts-H2H, l'Université Paris 8 et la BnF en partenariat avec l'Université Paris 3 et le laboratoire IRCAV, les Archives Françaises du Film du CNC, l'INA et l'Association Carole Roussopoulos.
Plus d'informations : http://erosmilitant.wordpress.com
(Entrée libre)