Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
> Archives > Projets > L'association > Liens > Contact
| Mai 2008
• Jeudi 1er mai 2008 à 20h00.

Ali-Fib présente :
— Magik Markers (US, ecstatic peace, textile, not not fun)
MAGIK MARKERS – Boss (Ecstatic Peace!)
"Il y a quelques années, les assauts des Magik Markers prenaient sur scène la forme d'un carnage sonore à l'arme blanche. Incantations, cris furibards, accords à vide, batterie à contretemps, sauvagerie débridée, il fallait voir se convulser la chanteuse-guitariste Elisa Ambrogio, girl next door possédée, raclant le fret de sa guitare avec une patte de poulet. Passés de trio à duo, le groupe a grimpé d'un cran dans sa manière de (dé)composer et gagné en cohésion ce qu’il a perdu en agressivité. Produit par Lee Ranaldo, ce troisième album recèle de véritables chansons, toujours aussi rêches et chaotiques, mais aux structures rock plus classiques. A l'instar de Sonic Youth période Bad Moon Rising, les Magik Markers soumettent leurs pop songs à la torture, les équarrissent jusqu'à ce qu’elles crachent leurs derniers caillots de sang et n’en gardent que l’ossature : un blues-punk atonal (Dead C, Mars et DNA en filigrane), hanté par un piano spectral. Le duo néo-no-wave tente même des ballades mélancoliques, entre PJ Harvey et Mazzy Star, suspendues au-dessus d'un brasier psychédélique. Contusion is next ?" 
(Julien Bécourt - Chronic'art)
Hellvete (BE, (k-raa-k)3, audioboot, funeral folk)
HELLVETE plays guitar, banjo, charango, keyboards, organ, bass, voice, flutes, percussion, effects, ... in various Funeral Folk projects such as Silvester Anfang, Chainsaw Gutsfuck, Geitevuyst and Blodklod. Solo he makes ghostchants to summon the dead. 
Various tapes and cd/rs on Audioboot, Funeral Folk, Abisko, ... Next LP to be released on (k-raa-k)3
"Hellvete est un des projets solo né de la horde Funeral Folk. Le folk cosmique et la guitare drone démoniaque sont les ingrédients principaux de sa musique. Ses concerts assourdissants sont d'ores et déjà légendaires dans la scène underground du Meetjesland." (k-raa-k)3
(flyer par Christelle Gualdi)
( Entrée 10 euros - www.myspace.com/alifibgigs - www.myspace.com/sowiesogigs )

• Mercredi 7 et jeudi 8 mai 2008.

FESTIVAL BIRMANIE, "Rêves sous surveillance".
Organisé par Les yeux dans le monde et le collectif GD.
Dossier de presse en PDF à télécharger.
Festival artistique inédit en présence d’artistes performeurs birmans. Vernissage de l’exposition photographique « Birmanie, rêves sous surveillance » (2003-2007) à l’occasion de la sortie du livre aux éditions Autrement.
Invités d’honneur : Collectif “GD” (artistes birmans). Htein Lin, artiste birman de renommée internationale et ancien prisonnier politique vivant à Londres.
Des artistes-performeurs, des photographes et des cinéastes… Chacun raconte sa propre expérience de ce pays, qu’il s’agisse de son pays d’origine ou d’un pays longuement étudié et visité. Leurs réalisations peignent un tableau de la Birmanie contemporaine, de ses tensions et ses contradictions.

PROGRAMME :
• Mercredi 7 mai (18h00-23h00)
— 18h00 : Vernissage / cocktail.
Birmanie, "Rêves sous surveillance".
Exposition de photographies par M.Ott & G.Cohen.
Lifescapes.
Installation par GD (collectif d’artistes birmans).
The fly.
Performance par Htein Lin.
— 20h00 : Morosité des temps (poésie, danse, vidéo et musique).
Performance par GD.
— 21h00 : Yes or No.
Performance par Htein Lin.
• Jeudi 8 mai (14h00-23h00)
— 14h00 - 19h00 : Expositions / Installations / Performances
— 19h00 : Yu.
Film documentaire de M.Ott, 20 min. + débat.
— 19h30 Petits aménagements avec l’Occident.
Film documentaire de G.Cohen, 20 min. + débat.
— 20h30 : Free Burma.
Performance par Htein Lin.
— 21h30 : Morosité des temps (poésie, danse, vidéo et musique).
Performance par GD.

Les performances, expos, installations et projections:
— Les performances de Htein Lin donnent à voir et à ressentir sa perception et ses sentiments quant à la situation de son pays, sa manière d’appréhender le référendum à venir mais aussi son expérience en prison avant qu’il ne soit réfugié politique en Angleterre. Certaines des performances qu’il présentera ont été conçues pendant ses années d’emprisonnement et présentées plus tard dans des galeries privées en Birmanie.  www.hteinlin.com

— Celles du collectif GD travaillent la « morosité des temps », ce temps qui échappe aux Birmans pris dans la répétition d’années de dictature. À partir des « maux » et des mots glanés auprès de la population en Birmanie, GD propose une série de photographies troublantes intitulée « Blessé, langage du corps ». Cette exposition cherche à refléter la fragilité de l’existence humaine tandis que l’installation Lifescapes dépeint, à l’aide de mots placardés, sur les parois, le sol et les plafonds de l’espace d’exposition, un paysage imaginaire : celui d’un état de pensée recueilli par l’artiste auprès des Birmans, des chuchotements tristes et pessimistes, parfois ironiques qui se sont glissés à son oreille.

— À l’occasion de la sortie du livre « Birmanie, rêves sous surveillance », l’exposition de photographies noir et blanc de Manon Ott & Grégory Cohen présente un reportage sur la situation politique et sociale birmane qu’ils ont mené au cours de six séjours en Birmanie entre 2003 et 2007. Leurs photographies s’alternent avec des portraits accompagnés de témoignages d’opposants, d’écrivains et d’artistes birmans qui racontent comment la résistance des esprits est devenue en Birmanie une culture à la fois intime et nationale.

— Enfin, les films documentaires projetés, au travers de deux portraits de réfugiés birmans vivant en France, interrogent les raisons de leur exil mais aussi leurs conditions de vie ici. Le film « Yu » (Manon Ott), sur l’histoire d’une jeune demandeuse d’asile birmane, a été sélectionné dans plusieurs festivals internationaux (Cinéma du réel 2008, FIPA 2008…). Le film « Petits aménagements avec l’Occident » (Grégory Cohen), au travers du portrait d’un moine bouddhiste birman vivant à Paris questionne la rencontre entre deux  « mondes », entre deux cultures parfois aux antipodes l’une de l’autre. Les projections seront suivies d’un débat avec les réalisateurs.
(Association «Les yeux dans le monde» - Plus d’infos sur www.projet-birmanie.com).

• Vendedi 9 mai 2008 à 20h30.

Sophie aime les Voutes

Un vendredi par mois, Sophie invite ses copains à venir présenter leurs devoirs aux voutes. www.sophieaime.com
RYR : Romain Dugelay sax baryton & alto, Yoann Durant sax soprano & alto, objets, Rodolphe Loubatiere batterie, objets.
Nourris de jazz, de musiques contemporaines et actuelles.De créations en concerts, ces trois musiciens se forgent leur propre langage en variant les conditions de jeu et les inspirations, faisant de chaque prestation un moment unique en son genre. www.grolektif.com
+
— Le bruit du [sign]
Nicolas Stephan sax
Jeanne Added voix
Julien Rousseau cuivres
Julien Omé guitare
Théo Girard contrebasse
Sébastien Brun batterie

Zak Cammoun mise en son
Pierre Constantin dessins
Johann Verspuy photographies

Le bruit du [sign] réunit 6 musiciens autour de Nicolas Stephan, saxophoniste, compositeur et d'un projet musical ambitieux.
Une voix, une trompette, un saxophone, une guitare, une contrebasse et une batterie se fondent en une sonorité et un langage toujours plus actuel. 
L'écriture musicale particulière et originale (primée au concours national de jazz de la défense en 2006) laisse la place aux individualités d'exprimer leurs accords et désaccords. Nos influences oscillent d'Henry Threadgill et Tim Berne à Léo Férré en passant par l'idée qu'on se fait d'un vrai groupe de rock avec de beaux cheveux.
Le bruit du [sign] où le son des gestes, là où le fond et la forme se confondent.
Nous aimerions être lus d'autant de manière qu'il y a d'auditeurs.
( P.A.F. : 7 euros - Infos : sophieaime@lebruitdusign.com - www.lebruitdusign.com/ )

• Mardi 13 mai 2008 de 20h00 à 24h00.

Le label Prele et kokeko proposent Un voyage vers « Mars » avec :
Makoto Kawabata + Jean-François Pauvros
Guitares électriques absolues

Makoto Kawabata, guitariste, à l'instrument greffé à la peau. Furieux meneur d’hommes au sein du groupe Acid Mothers Temple, compositeur impétueux à la virtuosité entre musique contemporaine, hard rock (ses premières influences étant Stockhausen et Deep Purple) et la musique traditionnelle (son amour des Troubadours), il a joué avec David Allen de Gong, Damo Suzuki, André Minvielle... également joueur de plusieurs instruments (synthé, violon, sitar, instruments faits maison...), sa maîtrise a pour seule fin de transmettre le son venant du « cosmos », si ferme, si entêtant. Lorsqu'il joue avec J.F.Pauvros, ils tendent vers l'ivresse et délivrent avec leurs seules guitares un style à la couleur unique.

Jean-François Pauvros, guitariste, l’homme de l’acte et de l’amour. Après avoir quitté les bals, il s’est envolé au sein du group Catalogue (avec Jacques Berrocal et Gilbert Artman), puis a traversé le monde à l’affût de rencontres avec, entre autres, Arto Lindsay, Noël Akchoté, RED, Evan Parker, Hélène Breschand, Aki Onda, le dessinateur Vincent Fortemps, le poète Charles Pennequin, le poète et photographe Gôzô Yoshimasu, la chorégraphe Anne Dreyfus… Il se montre également comme chanteur de blues dans le groupe de Jonathan Kane des Swans, chanteur incantatoire avec Keiji Haino, jusqu'à la chanson populaire avec la reprise de « Mon homme »… Avec Makoto Kawabata, il révèlent à la fois son esprit rock’n-roll et la retenue du poète, muni d'une force d'expressions très diversifiées.
( Entrée : 8 euros - http://www.kokeko.net/ )

• Vendredi 16 mai 2008, à 20h30.

J'ai six cages à nos grives roses qu'on mêle à nos voutes où bout l'art
Ou la rencontre de gens qui ont évidemment des trucs à faire ensemble, mais ne sont pas forcément au courant. Ils le seront ce soir là, ayant joué la veille à Rennes.
Musique improvisée, reprise de morceaux des mêmes musiciens, du duo au sextet, ce qui leur passe par la tête, liberté, liberté chérie.
— 1ère partie BED (SOLO) www.bed-music.com
En préambule,
à 18h00, Olivier Mellano vous lira des extraits de son livre tout neuf : "FUNGHIMIRACOLETTE" (MF Editions).
Ça sera l'occasion de boire un verre ensemble.
Jessica Constable
Chanteuse surdouée des groupes « Soul Reactive » et « Le Crépuscule des Dinosaures », Jessica Constable improvise des textes et paroles qu'elle explore pour leur résonance et leur texture. Elle utilise également des filtres électroniques, échos et autres modulations pour obtenir une palette de couleurs vocales riches et inattendues. Le résultat est unique, mystérieux, magnétique. Jessica partage régulièrement la scène avec des improvisateurs de renom tels Andrea Parkins, Jim Black, Marc Ribot, Ellery Eskelin, Philippe Gelda…
Olivier Mellano
Guitariste rennais au mille et un projets, Olivier Mellano s’est taillé une solide réputation à travers ses collaborations multiples aux côtés de grands noms de la nouvelle chanson française (Dominique A, Yann Tiersen, Miossec) et de nombreux autres groupes (Bed, Laetitia Shériff, Sloy, Psykick Lyrikah...). Mais Olivier est aussi et surtout un compositeur-arrangeur surprenant. Il écrit et compose au sein de son groupe Mobiil ainsi que pour la danse, le théâtre et le cinéma. Outre son travail d’improvisation, il sort en 2006 un album de pièces instrumentales « la Chair des Anges » chez Naïve Classique.
Jean-François Vrod
Le parcours de Jean François Vrod questionne la tradition orale de la musique et son traitement dans la modernité et l’improvisation, comme en témoigne ses enregistrements et prestations scéniques, en collaboration avec des artistes tels que Marc Anthony, Abbi Patrix, Jacky Molard, Bernard Subert etc. Il collabore également à plusieurs créations mêlant jazz et rock, avec Régis Huby, Dominique Pifarely, Bruno Chevillon, Chris Wood…
François Jeanneau
Saxophoniste talentueux, improvisateur et compositeur incontournable, il participe à l'élaboration d'un nouveau genre musical : le soundpainting. Il a été le premier chef de l'ONJ, premier chef du département Jazz au CNSM de Paris et le créateur du Pandémonium. Son catalogue comporte plus d’une centaine d’œuvres, allant de pièces pour instruments seuls à des partitions pour petites formations, big bands, harmonies, chorales, orchestres symphoniques, musiques de film, mise en musique de contes, un opéra-jazz (Desmodus Minor), etc.
John Greaves
Figure mythique de la scène de Canterbury dans les années 70, John Greaves fût bassiste, pianiste et chanteur au sein de Henry Cow (au côté de Fred Frith) et de National Health. Il a multiplié les collaborations prestigieuses avec Robert Wyatt, Carla Bley, Michael Nyman, Mike Oldfield. Depuis John Greaves, qui s’est installé en France, multiplie les expériences et les univers : rock, trip hop, pop, jazz et cabaret. Il a également produit de nombreux albums, tous plus inclassables les uns que les autres.
Régïs Boulard
Musicien-compositeur, arpenteur des styles et des esthétiques, Régïs Boulard a débuté professionnellement à la fin des années 80. Depuis, son parcours a accompagné celui des violonistes Régis Huby et Jean-François Vrod, du guitariste et improvisateur Noël Akchoté, des formations Sons of the Desert, Les Têtes Raides, D.P.U, Philippe Poirier (ex-Kat Onoma)... Membre cofondateur de Trunks, il a également participé à plusieurs musiques de films. Régïs Boulard vient de réaliser Streamer, création scénique de son album éponyme publié par le label Signature (France Musique / La Collection Sonore).
( Entrée 7 euros )

• Le Jeudi 22, vendredi 23, samedi 24 à 21h00 & dimanche 25 mai 2008 à 17h00.

Portes Ouvertes aux Frigos le 24 & 25 mai 2008.
Les Voûtes et la Compagnie Trans, en résidence pendant le mois de Mai, présentent :
MONADE

Pour une danseuse et un dispositif visuel, musical interactif.

Concept, chorégraphie et interprétation : Laurence Marthouret
Création musicale : Patrick Marcland
Scénographie : Barbara Kraft
Artiste visuel : Julien Piedpremier
Programmation numérique: Frédéric Alemany
Durée : 40 minutes
Dossier de presse PDF à télécharger

— Monade s’inscrit dans une série, débutée en 1999, de cinq solos dont trois sont déjà créés : No Step, Trans et Walk. Chacun de ces solos aborde un état de corps particulier, une gestion de l’espace particulière, un rapport au temps défini, une contrainte particulière. Le processus de composition découle de ces choix prédéfinis au départ : choix d’espace, de temps, d’état de corps, de durée, de support visuel, et de propos.

Extrait video

Monade tente de développer la problématique de la place du corps, sa représentation, ses contraintes, ses limites, ce que l’on expose et ce que l’on cache : corps exposé, corps occulté.
L’interprète est seulement perçue à travers une structure translucide sur laquelle un vidéo projecteur zénithal projette des textures.
Le corps est emprisonné, perçu, aperçu, imaginé, transformé, disparaissant et surgissant par intermittence. Le danseur interagit, à l'aide du plancher sensible, avec la matière image qui vient l’envahir, le recouvrir partiellement, l'éclairer ou l'obscurcir, ainsi que sur le son de la bande préenregistrée et transformée en temps réel.

Le système interactif entre le son, l’image et la danse permet d’intensifier le travail de l’interprète, sa présence, sa densité physique.

Un univers particulier et sensible, organique et technologique, où s’impose l’importance de l’environnement dans la vie, dans l’acte de création.
Laurence Marthouret
( Entrée 8 euros - tarif réduit 5 euros )

• Jeudi 29 mai 2008 à 20h30.

ECRIT / ECRAN
Projections
organisées par NISIMASAFRANCE.
— 1. Dear Neighbour, Christian Bermudez, Norvège, 2006, 7
Lettre documentaire.
— 2. « Just Say No to Family Values-Poem 1 », Antonello Faretta, Noeltan Films, Italie, 2005, 4’37
Un film-poésie avec John Giorno, série Nine Poems in Basilicata.
— 3. Border-Lettre, Ana Nosowicz, Pologne, 2008, 2’29
Lettre vidéo.
— 4. Ailleurs, de Natasha Postel, France, 2003, 17’
Carnet de voyage en Super 8.
— 5. There are no poems coming to me, Hanaleena Hauru, Finlande, 2008, 4’34
Film d'atelier – expérimental.
— 6. Graffitti, Vano Burdili, Géorgie, 2006, 24’
Adaptation de « Graffiti », nouvelle de Julio Cortázar
— 7. Labour, Elika Hedayat, France, 2007, 4’11
Un film « haïku ».
— 8. Poezie is Kinderspel, Bouwine Pool, Pays-Bas, 2005, 2’27
Film d’animation.
(Entrée 4 euros)