Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
> Archives > Projets > L'association > Liens > Contact
| Mai 2010
• Mardi 18 Mai 2010 à 20h30.

SUPERFLUX

Scratch invite pour le moi de mai au Voûtes les Grenoblois de Filmbase, Lafoxe et Metalking pour une soirée d'impovisation entre cinéma, vidéo et musique électroacoustique.

FILMBASE : Riojim improvise à partir de montages de films qu’il réalise, en jouant sur la vitesse, les optiques, le rythme, la déterioration de la pellicule. Lionel Palun capte en direct cette matière et la retravaille en feedback vidéo, en delay, en écho, l’étire ou la comprime. Le résultat est un mélange saisissant, les deux matières se confondant en une pure dynamique de lumière. Le son est traîté dans le même esprit que l’image, un mix de bande optique de pellicule et de signaux vidéos devenus éléments musicaux.
PERFORMANCE VIDÉO-CINÉMA, 30'
RIOJIM (projecteur 16mm)
Lionel PALUN (video-invidere wave)

LAFOXE : Duo d’improvisation cinématographique. Gaëlle ROUARD et Etienne Caire jouent avec des projecteurs 16mm modifiés et des "found footage" transformés à la Clinique MTK. Une expérience unique pour un cinéma dont l’ultime transformation ne se loge définitivement pas sur la pellicule, mais ici, en direct, par des interventions sur toutes les dimensions du procédé de projection. Les manipulations irrévérencieuses et fermement infligées aux films et projecteurs visent à retourner le regard du spectateur. Il peut voir l’abîme du prétexte narratif et se trouve projeté dans la pratique même du processus cinématographique et devient à même de sentir cette intuition fragile qu'est la pellicule.Lafoxe développe son jeu de geste depuis 10 ans avec la Cellule d’Intervention Métamkine et des musiciens de la scène d’improvisation européenne.
PERFORMANCE "EXPANDED CINÉMA", 30'
Gaëlle ROUARD et Étienne CAIRE
pour 2 projecteurs 16mm

METALKING : L'un joue du projecteur comme l'autre joue de la bass pour un cinéma ayant des hallucinations de bruit d'énergie élevées ! Une exécution de Metalking est une affaire concentrée et intense : équipé d'une guitare basse et d'un couple d'ordures électroniques, Bronson improvise un japanoïse rapide et fort. Les méthodes de travail de Riojim sont aussi crûment pertinentes : il applique le traitement grave au projecteur, le jeu avec le film et le bruit-sur-film optique développés dans les Atelier MTK. Bronson indique,"Je ne fais vraiment pas la musique pour le film. Nous ne faisons pas le film pour la musique, nous explorons la relation entre le bruit et l'image comme expérience de collaboration" – aussi souvent dirigée à la subversion des espérances que dans l'affirmation et la joie de la musique-fabrication collective. L'observation d'une exécution de Metalking indique la vérité de cela. Être au milieu des assistances est une image visuelle forte pour le sens de Metalking de l'événement et le sens de la communauté. Le bruit, l'image, et tous de l'assistance la réponse à l'exécution s'entrelacent. Avec leur dévotion à l'improvisation et à créer chaque exécution à nouveau, Metalking a cassé la configuration dans laquelle la musique est dans la servitude à filmer ou le versa-vice.
PERFORMANCE, 30'
Richarles BRONSON (bass + electronics)
RIOJIM (film 16mm)

(PAF : 6 euros - Plan d'accès sur www.lesvoutes.org - Possibilité de restauration sur place - Ouverture des portes à 19h30 - Site web : SUPERFLUX (infos, vidéos, etc.)
Light Cone - www.lightcone.org - lightcone@lightcone.org

• Jeudi 20 mai 2010 à 19h30

Concerts
Soirée de sortie de l'album
BRING ME THE HEAD OF MANUEL BIENVENU
The Walter Smith Project | Lost Planets |  The Observatory |  Manuel Bienvenu

— THE WALTER SMITH PROJECT (FR/GB) :
"J´irai cracher sur vos tombes est à la litterature ce que The Walter Smith Project est au son electronique." Lisabuzz
" Nominé au prix quartz des musiques nouvelles 2006/2007, The Walter Smith Project nous délivre un excellent album qui ravira à coups sur les fans d’alchimistes de l électro tels que Dj Shadow ou Rubin Steiner." seb, www.musik-industry.com
"Le résultat donne un album de musique instrumentale, foutrement bigarré, évoquant des ambiances brésilienne, jazzy, le tout soutenu pas des beats groovy, un peu à la maniére ce certaines productions du label allemand Compost ou encore des albums de formations majeures telles que Sporto Kantes ou Troublemakers. Benoit Richard, http://www.benzinemag.net/
"En ce qui concerne notre premier contact avec The Walter Smith Project et la facture électro abstraite que prend cet opus, elle ne parvient pas à nous faire oublier le background de musicien multimodal qui colle à la peau de Colin Ozanne (connexion avec Elodie O, Bed ). Mais à en juger par le niveau d investissement personnel et la qualité de production de l objet sonore, ce n était certainement pas dans l intention du bonhomme qu il en soit autrement" Yvan le 28/03/2007.
www.dmute.net/
www.thewaltersmithproject.com/
www.myspace.com/thewaltersmithproject
— LOST PLANETS (FR) 
Benoît Burello / Thierry Chompré / Yann Louineau.
Trois  échappés de BED et des BINOCULARS ont des envies de trio : Power Pop ou rien.
www.bed-music.com
www.myspace.com/thebandbinoculars
— THE OBSERVATORY (SG)
Leslie Low / Vivian Wang / Dharma / Victor Low.
Groupe phare de la scène singapourienne, THE OBSERVATORY est un travail collectif de synthèse et de transformation, au même titre que Radiohead, Talk Talk ou Jaga Jazzist. Héritiers de la douceur de Nick Drake et de la recherche radicale de Soft Machine, leurs albums TIME OF REBIRTH (2004), BLANK WALLS (2005), et  A FAR CRY FROM HERE (2007) sont des architectures fines et solides qui portent d'éclatants moments de grâce.
En Juillet 2009,  THE OBSERVATORY a sorti son quatrième album à ce jour, Dark Folke, enregistré et mixé à Bergen, Norvège, par leur collaborateur de longue date Jorgen Træen,  producteur de Ultralyd, Motorpsycho et Jaga Jazzist. Le disque est accompagné d'un livre cartonné, conçu et dessiné par l'illustrateur métal/hardcore Justin Bartlett aka Vberkvlt, dessinateur pour Sunn O))), Moss, Aura Noir. Enregistré pendant le rude hiver nordique, le disque semble sous influence chamanique et s'éloigne des pistes progressives du précédent. Construit autour d'un rythme implicite, par cinq personnes assises autour d'un feu, comme le chant de la pluie à venir.
http://www.theobservatory.com.sg/
http://www.leslielow.com/
— MANUEL BIENVENU (FR)
avec : Masayuki Ishii, JeanMichel Pirès, Stéphane Rosière, Richard Baron, + tba
" Il suffit d'écouter les deux albums solo de Manuel Bienvenu Elephant Home (2005) et Bring me the Head of Manuel Bienvenu (2007) pour que s'impose le portrait d'un homme refusant toute forme d'embrigadement. Voilà un cas notable de songwriter sans école, qui a fait le mur des genres et fugue désormais sur les chemins buissonniers de l'imaginaire. Comme Robert Wyatt, Carla Bley, Mark Hollis, Brian Eno ou Arto Lindsay, autres évadés notoires dont il a su capter l'esprit sans jamais se détourner de lui-même, Manuel Bienvenu est un cauchemar pour les maniaques du référencement. Cette approche panoramique est née par le truchement d'une oreille sourde aux diktats de la mode comme aux injonctions des arbitres du bon goût. Manuel Bienvenu l'a développée au contact d'un large instrumentarium (guitares, piano, basse, orgues, trompette, percussions), dont il se plaît à explorer sans relâche les palettes de couleurs et de vibrations. Il l'a renforcée par la découverte ébahie de l'enregistrement multipistes, formidable machine à bâtir des édifices sonores chimériques. Il l'a prolongée dans l'étude à la fois sourcilleuse et contemplative des ressources intarissables de l'harmonie et des combinaisons de timbres, mais aussi dans l'attention extrême portée au son, matière sensible, vivante et donc transformable à l'infini. Depuis ses premiers pas au sein du duo ELM (deux albums avec la chanteuse Elodie Ozanne) jusqu'à ses disques signés de son nom, depuis sa rencontre lumineuse avec Benoît Burello (l'esprit fort de Bed) jusqu'à son détour fructueux par le Japon, terre d'accueil idéale pour un musicien sans matricule comme lui, tout son parcours porte l'empreinte d?un homme soucieux de multiplier les voies de recherche et les motifs de plaisir.
Alors que Bring me the Head..., après un premier pressage japonais, bénéficiera enfin au printemps 2010 d'une sortie française en bonne et due forme, Manuel Bienvenu prépare actuellement un troisième album. S'y exprimeront son goût pour la cogitation en solitaire comme sa soif d'échanges collectifs, son attirance pour les constructions patiemment échaffaudées comme sa volonté de se laisser envahir par les forces du hasard. S'y dessine déjà la promesse d'une nouvelle aventure singulière : la juste récompense d'un musicien allergique aux bis repetita, pour qui l'incertitude du lendemain n'est pas un frein mais un moteur, une excellente raison de continuer le chemin." Richard Robert
( Entrée 11 euros sur place - 8 euros en préventes sur www.moxity.com )