Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
Programme > L'association > Archives > Photoblog > Contact




PROGRAMME
Mai 2011



Jeudi 5 Mai 2011 à partir 20h00.

Le 5 mai 5 pour 5 euros.
A/V performance avec Les Lumiaks(video) et JJ Palix(musique) et un concert- Les HautsdePlafond

— The Lumiaks avec Jean-Jacques PALIX
Les Étoiles

Soigneusement disposés, les props attendent les deux artistes. On comprend bien qu’il y a plusieurs sortes de cameras et que la projection est directement  liée aux mouvements les plus infimes qu’elles font indépendamment. Pourtant on ne sait plus très bien si le monde qui se déploie petit à petit tient du macro ou du micro. La poussière se fait tournante. Des trous s’ouvrent sous nos yeux. Le matériel : tables de mixage, microscope digital, cameras analogues, les logiciels, des effets algorithmics, moteur tournant et objets.  Les même objets sont précipités dans leur video inspiré par le texte ‘Les Étoiles’ par Eliot Weinberger’ et le son de JJ Palix. 
«Se situant au croisement de diverses pratiques – musique, son, voix, poésie, vidéo, radio, performance, direction de chœur –, le travail de Jean-Jacques Palix relèverait de ce que l'on nomme couramment la plastique sonore, puisque c'est là le point commun de ses œuvres. L'expérience est cependant plus nuancée qui nous plonge dans des champs perceptifs où s'entremêlent l'audition, le visuel et le langage, lesquels entraînent rapidement le récepteur dans des conversions sensorielles où la parole et les sons sont vus, la vision écoutée, littéralement auscultée. Alors qu'il semble évident que nos cinq sens sont en interaction continuelle, au point que nous n'y prêtons plus attention, Palix renverse, réduit ou exacerbe leur matière, leur orientation et signification, donnant ainsi à notre engagement dans l'espace-temps du lieu de présentation et dans l'espace-temps interne de notre réception des dimensions inattendues, voire inespérées en ce que nous découvrons au final une forme psychophysique inconnue de nous-mêmes.» (Jacinto Lageira , 2009)


— Les HAUTSDEPLAFOND

No ask lévrier

A quoi ce duo pensa-t-il quand il décida de son nom ? à prendre gentiment de la hauteur par rapport aux chapelles musicales ? Au fou suspendu à son pinceau ? Aux araignées ? Aux lustres et moulures aristocratiques ? Ce qui est sûr, c’est que l’univers musical des Hauts de Plafond est joliment décalé. Entre électro bricolée et musique d’ameublement pince sans rire. Entre machinerie déglinguée et intérieur années 50. Entre dérision et démarche profondément personnelle.
 
— Angie Eng coordonne et met en place des projets des videos experimentales, des installations de photo, et d’art numerique. Eng est née à San Francisco. En 1993, elle s’installe à New York City, pour y excercer sa carrière en arts médiatiques. Depuis dix-sept ans Angie Eng est présente sur la scène New Yorkaise et expose dans des lieux de réputation  internationale (Lincoln Center Video Festival, Whitney Museum of American Art, New Museum of Contemporary Art,The Kitchen, Eyebeam Art and Technology Center and Anthology Film Archives). Elle a créé  ‘The Poool’ un groupe de vidéo en temps reel avec les artistes, Nancy Meli Walker et Benton Bainbridge (1996-1999). De nombreuses bourses lui ont été attribuées pour développer des videos performances. Elle est correpondante Européenne pour “Artist Organized Art “ qui soutient un dialogue critique entre artistes,  pratique de l’art et dissémination via des manifestations publiques. Elle a plusieurs projets en cours avec des artistes et des compositeurs: Tremorrag avec Pascal Battus, Echodes avec Rhys Chatham, Liminal avec Satoshi Takeshi et Lumiaks avec Sofi Hemon. Elle vit et travaille entre New York City et Paris. http://www.angieeng.com


— Les HautsdePlafond

Venant de deux univers distincts mais complémentaires - l’un bricolo-électro-acoustisant,l’autre instrumentisant - les hauts de plafond bricolent et manipulent sons et instruments,dispensent de la musique tendance chansonnette, couleur cinoche d'un quotidien saugrenu.Un léger penchant pour les pièces radiophoniques, les conversations détournées, les clins d’oeil musicaux, la musique électronique et les objets sonores fait le reste. Bref, leur musique court entre électronique discontinue et "hörspiel" radiophonique…‘ ...A quoi ce duo pensa-t-il quand il décida de son nom ? à prendre gentiment de la hauteur par rapport aux chapelles musicales ? Au fou suspendu à son pinceau ? Aux araignées ? Aux lustres et moulures aristocratiques ?Ce qui est sûr, c’est que l’univers musical des Hauts de Plafond est joliment décalé. Entre électro bricolée et musique d’ameublement pince sans rire. Entre machinerie déglinguée et intérieur années 50. Entre dérision et démarche profondément personnelle... ’ http://music.leshautsdeplafond.com/


— Sofi Hemon s’interesse aux variations de forme et procède par hybridation. Elle introduit dans ses processus de fabrication des outils comme les optiques.  Elles dénature l’image et  fait émerger  une autre dimension . Elle crée une dynamique de travail interdisciplinaire avec des écrivain / musicien / scientifique /cinéaste. Invitée au Brésil pour un cycle d’expositions, elle obtient une bourse de la Fondation la Ferthé (Fondation de France) pour exposer au MAUC, musée de l’Art de l’Université fédérale du Ceara) et intervient dans deux  Espaces de recherche de création et de production « Alpendre » à Fortaleza et « Torréao » à Porto Alegre. Ses œuvres circulent via  boites, cartes,  carnets et livres d’artiste.
 1996 /2002 : Catherine Jackson et Sofi Hemon initient et fabriquent ensemble « Notes - bulletin de liaison .» une revue papier. Parallelement avec Erica Zingano une artiste brésilienne , elle explore la correspondance internet via un langage poétique et visuel qui défie le temps et l’espace. En 2006, Lada Hubatova, curatrice et historienne d’art  l’invite avec l’Institut français de Prague en République Tchèque pour l’exposition « RECTO VERSO ».
Elle travaille actuellement avec le musicien Ollivier Coupille à plusieurs installations et dispositifs sonores en fôret, sous forme de work-shop et de performances. Un de ces projets sera présenté au "Sound Symposium" à St John's (Newfoundland) en 2012.  http://www.sofihemon.net

 
— Jean Jacques Palix

Compositeur et arrangeur de musiques de films et de chorégraphies, scénographe sonore pour des installations, collecteur et archiviste de musiques rares, chasseur de sons, Jean Jacques Palix est toujours attentif aux expérimentations. À la suite de ses années de productions et de réalisations de programmes radiophoniques à Radio France puis à Radio Nova dont il fut un des fondateurs en 81, il crée Tapage Atypique, puis, en 1991, le label de disques Song Active, pour répondre à son désir d'un studio ouvert aux rencontres artistiques, musicales et sonores.
Il compose les musiques pour de nombreuses chorégraphies ainsi que des films d'artistes et documentaires parmi lesquels, récemment, "Ecchymoses" de Fleur Albert,  "Ode pavillonaire" de Frédéric Ramade, "Il était une fois André S.Labarthe" d'Estelle Fredet . Il réalise le film "Conférence sur rien" (2002) autour d'une lecture d'Eve Couturier, d'après "Lecture on nothing" de John Cage. Il crée 16'33", 33 hommages de 30" à 33 compositeurs pour la galerie IN SITU / Fabienne Leclerc à Paris (2007). Il  réalise le film "Ce disque est le même que l'autre" montré dans de nombreux festivals (Rotterdam International Film Festival, Tribeca Film Festival, 2009) 2010 : Il est co-commissaire de l'exposition "Cornelius Cardew et la liberté de l'écoute" (Brétigny sur Orge, Stuttgart, Culturgest Porto) et dirige les performances sonores de "The living Currency" à Varsovie et à la biennale de Berlin.  www.jjpalix.free.fr/bio-Palix.htm

(5 euros - info@angieeng.com)

5 5 5

Mardi 17 mai de 19h00 à 23h00.

Onzième BIPVAL Festival
(Biennale internationale des Poètes en Val-de-Marne)

19h00 : projection du film :
« La poésie s’appelle reviens » de Gilles Weinzaepflen

— Lectures-performances
Poètes invités accompagnés du collectif Poésie is not dead :

Claude Ber
Vanina Maestri
Jacques Sivan
Pierre Joris
Carla Demierre
Lucien Suel
David Christoffel
Jacques Demarcq
Cécile Mainardi
Sylvain Courtoux
Fred Griot

     
Collectif Poésie is not dead: http://www.myspace.com/poesieisnotdead 

Improvisations musicales :
Charlott Rrose Ganash et Thomas Fernier

Projections vidéo :
Anne-Sophie Terrillon et Christophe Acker

Coordination artistique :
François Massut pour Poètes dans la Ville

Biographies collectif Poésie is not dead :
Charlott Rrose Ganash est membre de plusieurs formations : Beyond Aassfard ; collectif d’improvisation Supersoft 14-18 ;  projet néo-folk Breezy Temple ; Intelligence Avec l’Ennemi (minimal electronik) ; Loophole in the Pipeline (lives poésie/musique).
· Collaborateur de la première heure… avec le collectif Poésie is not dead (lives poésie/musique).  
· Fondateur et membre du trio musical Rroselicoeur de 1994 à 2004 (avec Deïns Larco et Lou Flanagan ) à orientation rock, expérimentale, psyché, noise, space, free.  
· Fondateur de Partycul System (en 1998), micro label musical mais aussi nébuleuse protéiforme et coopérative.

Organisateur d’événements tels que les soirées Sonorama (lecture/concert) ou Equilibre Instable (performance de musique improvisée); amateur de collages et collaborateur de revues poétiques (notamment Le Polème ; avec Lionel Fraisse) ou dézopilant (avec Flutch’).
Thomas Fernier est musicien, improvisateur & bricoleur de sons autodidacte.
Collaboration avec les labels de musique Magnetic Recordings (Rennes / 1996-2001) & Partycul System (Reims / 2002-2007). Conception de bandes-son diffusées ou interprétées pour des spectacles de théâtre (Cie Zabraka - Benoît Bradel, Cie TF2 - Jean-François Peyret) & de danse (Cie Man Drake - Toméo Vergès). Il poursuit aujourd’hui ses activités musicales en autoproduction solo (chevo légé), ainsi qu’en collaboration avec d’autres musiciens ou chanteurs (T.V.La.S.Un.Or. & marteau mu), et développe parallèlement un travail d'accompagnement musical en direct sur des images (diaporamas avec les photographes Aurélie Derhée & Eric Bouttier, films réalisés par lui-même).


— Christophe Acker est né à Reims 1970. Après un passage à Strasbourg à la Faculté d'Arts plastiques, il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris. Très vite il se dirige vers la vidéo et le cinéma en super8. Après ses études il collabore à différents projets de documentaires pour Arte, Canal +, réalise ses premiers clips pour de petits groupes puis pour Rodolphe Burger et Olivier Cadiot, lance avec Fabrice Ferrarri l’émission Ubik sur France 5 mais continue surtout de tourner ses films et vidéos.
Il réalise de nombreux clips. Il obtient les Victoires de la musique pour le DVD musical de Noir Désir.
Musicien, il participe au Groupe Optophone et développe avec celui-ci une mise en image pendant les concerts.
En 2005 il crée avec Agathe Nony et Nicolas Duroux la société ADNfactory, produits et collabore à des films d’artistes tels que Laurent Montaron, Julien Discrit ou Pierre Malphettes


— Anne-Sophie Terrillon, née en 1983, est diplômée de l’école media art de Chalon sur Saône depuis 2007.
Son travail s’oriente plus précisément vers la vidéo,  que ce soit au sein d’installations ou de projections. Elle explore plus particulièrement les champs du fantastique et du cinéma expérimental. Elle a déjà participé à plusieurs expositions collectives, à la galerie Franck Elbaz à Paris, à la Zoo galerie à Nantes et à la Générale à Sèvres. Depuis 2008, avec Christophe Acker, elle a entamé une collaboration sur des projets de vidéos, clips musicaux, photos et dessins.


— François Massut, né en 1979, a grandi et vadrouillé en Rimbaldie. Immigré ardennais à Paris depuis une dizaine d’année, il a redécouvert la poésie en 2001 lors d’une année d’échange universitaire au Québec. Depuis octobre 2007, il organise avec de jeunes poètes et artistes des rencontres et lectures poétiques tant à Paris qu’à Charleville-Mézières. Philanthrope, son dessein est que la poésie sorte de ses temples et qu’elle rencontre, par l’intermédiaire des poètes vivants, les populations de toute origine sociale, de toute culture et de toute génération. 


(Entrée libre, restauration sur place disponible)


Jeudi 19 mai 2011 à 20h30
 
(ouverture des portes à 19h30)

itinErrance
Projections mensuelles aux Voûtes

Depuis le mois de mars, ItinErrance prend la forme de projections mensuelles, en gardant comme objectifs la programmation de films exigeants et la rencontre entre le public et les auteurs. A chaque séance, deux films d’un même réalisateur sont mis en regard. Nous avons ainsi voulu ouvrir une réflexion autour d’une démarche d’auteur, de ses premiers essais cinématographiques à son film le plus récent. Nos envies restent les mêmes que lors du festival : voir ce qui se dessine au fil des films, les cheminements d’un auteur, les passages qu’il emprunte pour affirmer des choix esthétiques et politiques. Un processus, une recherche, un mouvement dans lequel un regard singulier se construit.


MONDE CARRE, FOIRE et LIBERES  de Quentin Brière Bordier, suivis d’une rencontre.

— MONDE CARRE
Documentaire, 2011, N&B, 16 mm, silencieux, 30 minutes, (titre provisoire)

Exploration de rushs à propos d'un film à faire tourné de 2009 à 2010 à l'hôpital psychiatrique d'Evreux où les destructions des vieux murs rythment la vie des patients d'une unité. Immersion.
Où il est question de corps, d'espaces, de regards, de chassés croisés, et d'ennui.



— FOIRE
Documentaire, 2011, N&B, 16mm, silencieux, 12 minutes.

Une journée à la foire du trône de Paris. Machineries, corps, mouvements. Quête déambulatoire d’images où la cinétique mécanique du parc d’attraction et des êtres qui l’éprouve révèle une métaphore de la vie et de la mort.

— LIBERES
Documentaire, 2008, couleur, DVCAM, sonore, 50 mn.

Francis, Cyril et Franck viennent tous les trois de purger leur peine. Une fois les portes de la prison refermées derrière eux, c'est toute une vie qu'il faut refaire, un passé avec lequel il faut composer, une identité à reconstruire.


( Projection-débat à 20h30 / Tarif : 4 euros )

Prochaines séances :
Le jeudi 16 juin, projections “Un autre jour sur la plage” et “Les hommes debout” de Jérémy Gravayat (en sa présence).