Les Voûtes
> Archives > Projets > L'association > Liens > Contact
| Mars 2007
• Vendredi 9 mars 2007 à 21h00.

Danse Buto — Yamatonatto
Yamatonatto est un collectif d'artistes japonais résidant en France. Le terme Yamato correspond à l'ancienne appellation du Japon, et le Natto est un aliment japonais à base soja fermenté qui nécessite d'être mélangé longtemps avant d'être servi.
A l'origine de Yamatonatto, de jeunes créateurs issus de différentes villes du Japon. pays du mélange complexe de différents cultures et tradition, réunis autour d'un manifeste poétique (Une fleur dans le chaos).
Fédérant diverses pratiques artistiques liées au spectacle vivant, les intervention du collectif se concrétisent le plus souvent sous la forme de performances chorégraphique improvisées ou écrites. Yamatonatto devenant alors une compagnie au sens classique du terme. Depuis trois ans, elle se produit régulièrement dans différents lieux parisiens.
Ippei Hosaka (Danse buto)
Jun-ichi Watanabe (Voix)
Tomoko Kondo (Fluite)
Masanori Oishi (Saxophone)
KO's (Basse)
Masayuki Itakura (Max)
Mioko Tanaka (scénographe / lumières)
( Entrée : 9 euros - t.r. 8 euros - réservation : 06 60 27 66 48 / 06 20 55 83 90 )

• Jeudi 15 mars 2007 à 20h30.

Concert Mamouchka + Boya
Mamouchka, les voix de l’oural
Natalia Ermilova, chant, violon.
Veronika Boulytcheva, chant, guitare.
Mamouchka revisite des chansons issues de l’immense fonds traditionnel russe: mélodies populaires de l’Oural et de la vieille Russie, chansons des petits cabarets ruraux, ballades de la grande plaine.
Boya
Dimitar Gougov, gadulka, chant, tambura.
Nathalie Tavernier, piano, chant.
Etienne Gruel, tapan, derbouka, daf, chant.
Trio instrumental formé en octobre 2001, Boya est né de la rencontre de trois cultures musicales. Les artistes, convaincus comme l’était Béla Bartòk par la beauté des mélodies populaires, ces « chefs d’oeuvre en miniature », ont décidé de partir en explorateurs parmi ces petites merveilles de Bulgarie et d’Europe orientale. Il y a le piano, instrument aux mille couleurs, les percussions aux timbres variés jouant sur des rythmes complexes et enfin la « gadulka »*, qui mène la danse connaissant mieux que personne et depuis fort longtemps ces vieux airs de Bulgarie et des pays voisins. Lorsque ces trois instruments entrent en résonance, ils donnent à entendre une musique bulgare aux couleurs et aux matières nouvelles. * La gadulka (vielle bulgare) est un instrument à cordes frottées dont la forme rappelle le rebec médiéval. Elle possède trois cordes mélodiques et selon les régions jusqu’à 11 cordes sympathiques (très fines, elles ne sont pas frottées par l'archet, leur vibration étant entraînée par celles des cordes principales auxquelles elles sont accordées).
(P.A.F 10 euros - Réservation - lesmondesacoustiques@lesvoutes.org - tél 01 44 93 50 86 (laisser nom et n° de téléphone) et payez sur place le jour du concert - www.boya.be).

• Vendredi 16 mars 2007 à 20h30.

Soirée Sophie aime les Voûtes
Le Bruit du [sign] invite à jouer avec lui Guillaume Orti
.
Guillaume Orti Solo (Saxophones)
Expérience en solitaire ?
"Oui, certainement, dans les faits. Mais je suis sûr que l'esprit de tous ceux dont je pratique la musique depuis des années sera présent. Résonances-réflexions." Guillaume Orti
Le Bruit du [sign]
Nicolas Stephan (saxophone), Jeanne Added (voix), Julien Rousseau
(trompette), Julien Omé (guitare), Théo girard (contrebasse), Sébastien
Brun (batterie).
Le Bruit du [sign] réunit six musiciens autour de Nicolas Stephan,saxophoniste compositeur et d'un projet musical ambitieux. Le sextet fait ses premiers concerts à la fin 2003 au Studio de l'Ermitage et aux Voûtes à Paris. L'écriture musicale particulière, primée au concours national de Jazz de la Défense 2006, laisse la place aux individualités d'exprimer leurs accords et désaccords.
Ses influences oscillent d'Henry Threadgill et Tim Berne à Léo Ferré en passant par l'idée que l'on se fait d'un vrai groupe de rock avec de beaux cheveux.
Le Bruit du [sign] explore le son des gestes, des signes, des traces, des langages et les conflits du rythme.
( P.A.F. : 7 euros - Infos : sophieaime@lebruitdusign.com - www.lebruitdusign.com/ )

• Jeudi 22 et vendredi 23 mars 2007 à partir de 20h00.

Diner Spectacle "Rimailles et Ripailles".
Cabaret d'humour et de poésie, Vous dînerez aussi...avec les oreilles!
Poète, comédien et cuisinier de terroir (une toques au Gault & Millau), Philippe Roman vous servira sa cuisine et ses mots.
Le Cochon est décliné sur les 26 lettres de l'alphabet, invitation au voyage gourmand, coquin et littéraire. Arrosé de vins naturels, des terrines au dessert.
Menu : Apéritif (rillettes maison), terrine de porc au noisettes et sa compotée d'oignons aux noix de cajou, sauté de porc au foin et purée de cocos fumés, fondant au chocolat et son coulis de fruits rouges, vins, café...
( Réservation au 01 44 23 70 57 ou 06 62 09 53 97 - Tarif : 28 euros par personne ).

• Jeudi 29 mars 2007 à 20h00.

Rencontre-débat littéraire avec l’écrivain malgache Raharimanana.
Autour de son dernier ouvrage : Madagascar 1947 ( Coédition Tsipika - Vents d’ailleurs ). Ouvrage avec les photos du Fonds Charles Ravoajanahary.
Animée par Michèle Rakotoson et Claudie Benoit et organisée par les Amis des Echos du Capricorne
L’écrivain Raharimanana continue son travail de mémoire entamé depuis 1989, en nous livrant des textes puisant dans l’imaginaire malgache, et qui dépassent largement les frontières de l’île.
Cette fois, sa réflexion s’accompagne de photos du fonds Charles Ravoajanahary montrant Madagascar de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1947.
Raharimanana est né en 1967 à Antananarivo. Lauréat du prix de la meilleure nouvelle de Radio France Internationale (RFI), diplômé d’un DEA en littératures et civilisations, il devient journaliste pigiste à RFI puis enseignant en français. A partir de 2002, suite à l’emprisonnement et à la torture que subit son père lors de la crise associée aux élections présidentielles, il se consacre entièrement à l’écriture, à la recherche et à la restitution de cette mémoire trahie, par des récits où « se confondent mythe et réalité ». En 2005, il signe la mise en scène de sa pièce « Le prophète et le président », pièce interdite à Madagascar en 1989. Trente représentations ont été données au théâtre des Déchargeurs à Paris.
Parutions :
Madagascar, 1947, essai et photographies, Tsipika/Vents d’ailleurs, mars 2007.
Pacification, in Dernières nouvelles du colonialisme, Vents d’Ailleurs, 2006.
L'Arbre anthropophage, Gallimard/Joëlle Losfeld, 2004.
Prosper, in Dernières nouvelles de la Françafrique, Vents d’Ailleurs, 2004.
Landisoa et les trois cailloux, jeunesse, Edicef, Tsipika, 2001.
Nour, 1947, Le Serpent à plumes, 2001.
Rêves sous le linceul, Le Serpent à plumes, 1998.
Lucarne, Le Serpent à plumes, 1996.
Charles Ravoajanahary (1917-1996), est une figure de l’accession de Madagascar à l’indépendance. Très tôt, il eut conscience de l’importance de la mémoire dans l’histoire des nations opprimées. Ses premiers combats portèrent sur la reconnaissance de la culture et de l’histoire de son pays, contre le silence et l’interprétation imposés par le colonisateur. En 1981, il organisa une exposition destinée à célébrer les « résistances malgaches ». Les photos réunies pour cette exposition, unique à Madagascar, sont aujourd’hui connues sous le nom de « Fonds Charles Ravoajanahary ».
Les rencontres littéraires, initiées par l’écrivain Michèle Rakotoson s’inscrivent dans l’esprit d’un café-littéraire, pour débattre et échanger des idées dans une ambiance conviviale, en s’appuyant sur un ouvrage qui vient de paraître, sur un personnage éminent de la littérature malgache, ou sur des écrits malgaches.
Présentation de l’œuvre du Pr. Rakoto-Ratsimamanga par le médecin vietnamien Ho Hai Viet, histoire d’une enfance « vazaha » à Madagascar par Christian Dumoux, histoire des dictionnaires malgaches du 19ème siècle à nos jours par l’universitaire Narivelo Rajaonarimanana, pratique de la langue et du bilinguisme avec la sociolinguiste Brigitte Rasoloniaina, ont été les sujets abordés depuis la création de ces rencontres littéraires organisées par les Amis des Echos du Capricorne.
Stand librairie malgache : œuvres littéraires, dictionnaires, nouveautés & beaux livres, livres malgaches.
( P.A.F : 5 euros - Renseignements / réservations : Claudia Solofolandy  06 66 19 54 67 - claudia@echoscapricorne.org - www.echoscapricorne.org - Possibilité de se restaurer sur place à partir de 19h00 - Renseignements / réservations : www.chezgros.com )

• Samedi 31 mars 2007 à 20h00.

Concert Acid folk / Néo folk.
Simon Finn (Current 93, UK).
Joolie Wood (Current 93, UK) en 1ère partie.

Les noms de Vashti Bunyan ou Clodagh Simonds (Fovea Hex) vous en disent certainement un peu plus sur la musique folk des années 70 depuis que certains musiciens comme Devendra Banhart ou le groupe Piano Magic les ont citées comme références absolues, les invitant à chanter sur leurs albums.
Simon Finn n’est pas non plus un nouveau venu dans l’univers de la musique, plutôt même un revenant. Il a en effet débuté sa carrière en 1967 et sorti un premier album acid folk, “Pass the Distance”, en 1969. 35 ans plus tard, Simon rencontre David Tibet, figure emblématique du groupe culte Current 93. Celui-ci tombe complètement amoureux du morceau “Jerusalem” et s’empresse de rééditer “Pass the Distance” sur son label Durtro. La collaboration ne s'arrête pas là…
À partir de l’année 2004, Simon Finn intègre la formation live de Current 93, qu’il n’a cessé d’accompagner depuis. 2005 marque ensuite sa renaissance musicale : Durtro publie son deuxième album, “Magic Moments”. Dans ce disque, plus acoustique et plus intimiste, Simon Finn se livre à nouveau, accompagné ici et là par Joolie Wood au violon ou à la flûte. Mais c’est sur scène que Simon Finn nous a vraiment surpris, tant il est habité, possédé par sa musique, avec son timbre de voix si surprenant et particulier, balançant son corps violemment d’avant en arrière sur sa chaise.
Seul l’accompagnement de Joolie Wood y apporte des moments d’apaisement, sans jamais enlever à l’intensité du moment.
En première partie de soirée, Joolie Wood présentera son nouveau projet, secondée par Simon Finn. Après seize ans de collaborations multiples (Current 93 principalement mais aussi Nurse With Wound, Sol Invictus, Fire and Ice, Shock Headed Peters, etc.), Joolie a sorti un premier EP remarquable, “Tales of Colour and White”, avec les contributions de Karl Blake (C93, Sol Invictus, Lemmon Kittens...), Maja Elliott (C93), Baby Dee (C93, Antony & the Johnsons) et Simon Finn. Elle prépare actuellement un nouvel album.
www.myspace.com/simonfinn - www.myspace.com/jooliewood
( Ouverture des portes à 19h00, restauration sur place disponible - Tarif unique : 12 euros (hors frais de location) - Billets en vente sur le réseau Fnac ou www.digitick.com avec le lien direct sur le concert www.digitick.com/index.php4?p=205&idEvt=2509 - Réservations par e-mail : vulturesmusick@free.fr (merci de laisser vos noms & prénoms) - Tel : 01 42 00 96 75 ).