Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
> Archives > Projets > L'association > Liens > Contact
| Octobre 2008
• Du vendredi 10 octobre au dimanche 19 octobre 2008.

FESTIVAL SHADOWS, Biennale de cinéma indépendant chinois.
Calendrier du festival à télécharger en PDF
Dossier de presse à télécharger en PDF (4 Mo)

Deux ans après sa première édition, le Festival Shadows revient à Paris avec une programmation en 4 temps : un Focus sur l’oeuvre de deux réalisateurs, Ai Xiaoming et Hu Jie ; une Carte blanche à Yunfest, festival de documentaire chinois créé à Kunming en 2003 ; un autre Focus sur Sun Xun, artiste plasticien et réalisateur de films d’animation ; et pour finir, une sélection d’oeuvres – fiction, documentaire, animation et vidéo – produites entre 2006 et 2008. De quoi faire le point sur les deux années qui se sont écoulées depuis la création du festival et de prendre le pouls du cinéma indépendant chinois sous toutes ses formes.

La réalité que recouvre le terme de « cinéma indépendant chinois » n’est pas figée ; elle évolue à mesure que des auteurs apparaissent et que des structures cinématographiques autonomes – des maisons de production, des diffuseurs, des médias et des festivals – s’appliquent à promouvoir un cinéma « différent ». Voilà pourquoi il nous semblait important de donner carte blanche à Yunfest pour une sélection de douze films qui montrent la ligne éditoriale de ce grand festival de documentaire du Yunnan et l’évolution de sa programmation sur six ans.

Le Focus sur Ai Xiaoming et Hu Jie s’inscrit en contrepoint de cette Carte blanche. Ces deux réalisateurs de documentaires qui collaborent depuis 2004, ont tourné ensemble ou séparément des films dont le style « engagé » les distingue de la plupart de leurs pairs.

Cinq de leurs documentaires les plus représentatifs sont proposés ici dans un programme qui met en parallèle les deux temporalités sur lesquelles ils travaillent : l’événement au présent pour les films d’Ai Xiaoming ; le passé récent dans le cas de Hu Jie.

La sélection 2006-2008 témoigne d’un renouvellement des genres avec notamment l’arrivée d’auteurs qui mêlent fantastique et documentaire dans des oeuvres vidéo ou de fiction. On pourra également suivre dans ce programme, l’évolution du travail de réalisateurs repérés dès l’édition 2006 de Shadows.

Tel est le cas pour Sun Xun, fondateur du Pi Animation Studio, dont deux court-métrages avaient été montrés à la première édition du festival. Cette année, nous lui consacrons un Focus qui présente une dizaine d’animations datées de 2004 à 2008.

FESTIVAL SHADOWS est organisé par Arsinica.
www.festivalshadows.info
shadows@festivalshadows.info
( Séance — Réduit 4 € - Plein 5 €
Pass 10 séances — Réduit 20 € - Plein 25 €
Pass Festival — Réduit 30 € - Plein 40 € )

• Mardi 21 octobre à 20h30.

Un concert Alifib.
Josef Van Wissem
Duane Pitre (w/ 15+ ensemble)
— Josef Van Wissem

Le compositeur Jozef Van Wissem est surtout reconnu pour son approche inhabituelle du luth, certainement l'un des instruments les plus improbables de la musique contemporaine. Son répertoire se développe au gré de pièces minimalistes intenses et hypnotiques, agrémentées de field recordings. De prime abord "hors du temps", les sonorités baroques du luth sont finalement détournées et Jozef Van Wissem parvient à créer un univers sonore inédit et fragile mêlant le folk à la musique expérimentale.  
Jozef Van Wissem a notamment collaboré avec James Blackshaw, Tetuzi Akiyama et Gary Lucas.
"In The Mirror of Eternal Light, the Dutch lutist Jozef Van Wissem catches his own reflection in tender, minimalist picking and gold-spray overdubs."
David Fricke, in Rolling Stone Magazine, march 2008
http://www.myspace.com/vanwissem
— Duane Pitre w/ 15+ Ensemble
Duane Pitre fait partie de l'avant-garde expérimentale new-yorkaise. 
Son Ensemble Drone est une lente progression tonale, une petite musique de chambre qui explore la relation entre chaos et discipline, entre composition et improvisation, ou comment faire appel au libre arbitre du musicien tout en lui intimant une direction. 
Le concert des Voûtes réunira un orchestre de 15 personnes.
http://www.myspace.com/duanepitre
(Entrée 10 euros - http://www.myspace.com/alifibgigs)

• Samedi 25 octobre 2008 à partir de 19h30.

Hommage à Hery A. Rasolo
Il se présentait comme un artisan. Voici un portrait fait par lui-même :
"Économiste informaticien de formation, j’ai fait de mon métier la vidéo depuis janvier 2003. Micro-structure à dimension humaine, l’entreprise individuelle IZANY S’IZANY produit des films institutionnels et des clips publicitaires pour le compte de grands groupes, sociétés et institutions internationales à Madagascar.
Les recettes provenant de ces films sur commande me permettent d’auto-produire des documentaires de création :
- «TANKAFATRA» ou Madagascar authentique (en 2005), primé au Festival de films panafricains de Cannes (en février 2006) et au 6ème Panafricana di Roma (avril 2006).
- «RAKETA MENA» ou Cactus Rouge (en 2007)
primé au 8ème Ciné Sud de Cozès (en avril 2007)."
Amis d'hier et d'hier et d'aujourd'hui créent cette occasion de se retrouver autour de son oeuvre et autour de sa famille. Profondément attaché à la langue et à la culture malgaches, Hery laisse derrière lui un questionnement lancinant sur l'état de notre monde. Son attention s'est naturellement portée sur les populations parmi les plus abandonnées de l'arrière-pays malgache, bien loin du tourisme exotique et des débats qui occupent la place publique.
Lors de cet événement une scène sera ouverte pour ceux qui souhaiteraient partager, lire, dire des poèmes, faire de la musique.
20h30 : projection de « Tankafatra »
"Tankafatra" ou "la ville-du-message", n'est pas l'énième et sempiternel documentaire sur le "famadihana" ou le renouvellement de linceul des morts, un des rites de la religion traditionnelle malagasy.
Construit délibérément selon des principes, structures et composantes de l'oralité malgache, le film vous livre un regard anthropologique exceptionnel et plein de tendresse sur un univers et un ensemble de pratiques et de sens, le tout bien en cohérence.
Le commentaire qui fait fil conducteur est donné par l'ancêtre à "retourner", un espiègle de première ! Le devin de service et les aînés sont eux plus sérieux et solennels pour expliquer, chacun dans son registre, les pourquoi et comment des pratiques consacrées et des postures requises aux divers acteurs.
21h45 : projection de « Raketa Mena »
Documentaire-52 mn-2007
La campagne électorale de la présidentielle du 3 décembre 2006 vient de commencer. À Ampanihy, le candidat Lahaniriko Jean fait son discours et promet aux jeunes de réinstaurer les pensionnats dans les lycées. Ses partisans sont en liesse, tandis qu'à Soamanitsa, un village tout près de Cap Sainte Marie, une villageoise crie avec colère et désespoir "Nous mangeons des cactus ! Avons faim ! Avons soif !".
Raketa Mena est l'histoire des habitants de la commune rurale de Tranovaho, dans la région de l'Androy, où manque le plus élémentaire des besoins : l'eau. Le fruit de ce cactus sauvera-t-il ces habitants ? Et l'État malagasy dans tout ça ?
Buvette et restauration possible sur place, bénéfices reversés au Famangiana. Photographie Georges Courrèges.
(Participation : 5€ dédiés au Famangiana - www.laterit.fr - www.chezgros.com).

• Du vendredi 31 octobre au vendredi 21 novembre 2008.
De 13h00 à 19h00, du mercredi au dimanche.

Exposition de photographies, Mois de la Photo.
«Un jour, la nuit » de Patrick Zachmann
, qui se tiendra aux Voûtes, du vendredi 31 octobre au vendredi 21 novembre 2008, de 13h00 à 19h00, du mercredi au dimanche, dans le cadre du Mois de la Photo.
UN JOUR, LA NUIT
par PATRICK ZACHMANN

Mon attirance pour photographier la nuit a toujours existé.
Comme d’autres photographes, j’ai aimé l’univers de Brassaï et celui de Weegee.
J’ai beaucoup photographié la nuit en noir et blanc, ses bas-fonds et son monde souterrain. Aujourd’hui, à travers cette série, je reste éveillé dans ces grandes mégapoles, des nuits entières, moi qui ne suis ni somnambule, ni insomniaque, ni même vraiment noctambule.
Simplement, j’aime photographier les atmosphères et les lumières de la nuit. Je suis séduit par des couleurs artificielles, une lumière sur une silhouette, un visage ou encore par l'ombre projetée d'un personnage sur un mur qui en devient l'écran. Mes images s’éloignent du reportage et deviennent alors impressionnistes. Elles ne racontent pas une vie nocturne mais plutôt certaines ambiances particulières.

Le photographe se trouve toujours partagé entre le désir d’accéder à l’intimité des autres, et la nécessaire distance que la photographie exige de garder.
En position d’observateur, il se place en marge du monde qu’il étudie. Solitaire scrutant la ville dans l’obscurité, il hésite entre rentrer dans cet univers nocturne ou rester en dehors. Mes photographies sont l’histoire de cette attraction instinctive.

La ville, laide ou grise le jour, se fait attirante la nuit, ou parfois effrayante. Les lumières changent, chaudes ou froides, elles s’entrechoquent joliment dans un mélange de températures de couleur. Elles lissent les visages, brouillent les âges, estompent les appartenances et laissent découvrir des silhouettes éclairées par un lampadaire ou par les phares d'une voiture.

Avec ce travail, je ne livre ni sujet, ni témoignage, sinon celui de mes ballades et errances nocturnes de Paris à Séoul, de Londres à Rio de Jianero, sans oublier Amsterdam, Barcelone ou encore Bamako.
Patrick Zachmann
Crédits photographiques:
© Patrick Zachmann / Magnum Photos

Magnum Photos
19, rue Hegesippe Moreau - 75018 Paris
Telephone: +33 (0)1 53 42 50 00 - Fax: +33 (0)1 53 42 50 01
www.magnumphotos.com  | www.magnuminmotion.com