Les Voûtes 75013 Paris Les Frigos
Programme > L'association > Archives > Photoblog > Contact




PROGRAMME




Octobre 2013

Jeudi 3 octobre 2013 à 20h00

Concert
Asian Music Ensemble

A.M.E est un group de musique folklorique asiatique. Fondé en 2010, composant 6 musiciens, chacun joue un instrument typique de chaque nationalité.
Hoai Phuong LE (Monocorde"Dan Bau" Vietnamien), Ji Yun SONG (Flûte traversière"Daegeum" -Coréen), Barkhuu KHASBAT (Cithare sur table "Yochin" - Mongol), Min Young WOO (Percussion"Janggu" Coréen), Amarjargal ORSOO ("Khuuchir" - Mongol), Jae eun SHin ("Ajaeng" Coréen).
La musique traditionnelle de chaque pays, ainsi que le rythme, les mélodies et les émotions, sont réunis et créent une pleine métamorphose de belles couleurs. Les musiciens créent leur propre musique avec les partitions des musiciens coréens, mongols, vietnamiens, et aussi leurs propres créations. Grâce à leurs musiques, nous pouvons découvrir une Asie "miniature".

Membres

Barkhuu KHASBA / Mongolie
Barkhuu KHASBAT est un mongol qui joue le "yochin" (cithare sur table). Il est actuellement professeur à l'École de Musique et Danse de Mongolie. Le "Yochin" est un instrument folklorique mongol utilisé pour jouer des mél- odies brillantes et rapides. Il est de la même famille que le dulcimer occidental, le Kanoun egyptien et le Santour indien/persian.

Ji Yun SONG / Corée
Ji Yun SONG joue de la flûte traversière "Daegeum" depuis 12ans. Elle a reçu le Premier Prix en 2002 au Concours Dong-A GUGAK (organisé par l'École National Gugak à Séoul). Elle a fait beaucoup de concerts en Corée, au Vietnam, à Mongolie, et en France. Par exemple: en solo au Centre Culturel Coréen en France, en collaboration avec l'Orchestre symphony Dubrovnik de Croatie, et plusieurs concerts au musée Guimet, 89 Galerie à Paris, au château du Clos de Vougeot en Bourgogne. La Daegeum est une grande flûte traversière en bambou d'origine coréenne. Elle donne une gamme diatonique de Si bémol et est utilisée dans la musique coréenne traditionnelle.

Min Young WOO / Corée
Min Young WOO qui s'occupe de la percussion coréenne "Janggu" fait des concerts en solo en Corée, en Chine, en Indonésie, en Australie et en Thailand. Le "Janggu" est composé d'un corps en bois creux, en forme de sablier soit porcelaine, tuile, métal, bois. Le "Janggu" est généralement classé comme un instrument d'accompagnement en raison de son caractère souple et son agilité avec des rythmes complexes. Depuis l'interprète peut utiliser ses mains ainsi que des bâtons, des différents sons et rythmes, profonde et pleine, doux et tendre, et des sons menaçants, et des rythmes rapides et lents, peuvent être créées en fonction de l'humeur du public.

Jae eun SHIN / Corée
Jae Eun SHIN est la musicienne la plus jeune d'AME. Elle joue de l'"Ajaeng". Cet instrument est une grande cithare à cordes en soie torsadée, joué par l'intermédiaire d'une tige mince et faite de forsythia bois, qui est raclé contre les cordes à la manière d'un arc. Le "Ajaeng" est généralement joué en position assise sur le sol. Il a une tonalité profonde similaire à celle d'un violoncelle, mais plus rauque.

Amarjargal ORSOO / Mongolie
Amarjagal ORSOO est la deuxième mongole du groupe. Elle joue le "Khuuchir". Le "Khuuchir" est un petit, cylindrique, carrée ou en forme de coupelle résonateur de bambou, de bois ou de cuivre, recouverte d'une peau de serpent et ouvert vers le bas. Il a généralement quatre cordes de soie, dont la première et la troisième sont accordé à l'unisson, tandis que la deuxième et la quatrième sont accordés dans le cinquième supérieur.

Hoai Phuong LE / Vietnam
Hoai Phuong LE est né à Hue (Vietnam). Il joue actuellement dans 2 groupes de musiques: Aisan Music Ensemble et le groupe de Rock de Yi Sung Yol. Parallèlement, il poursuit un doctorat d'étude sur les instruments à percussion à l'université Hanyang en Corée. Il a reçu le Prix d'Or au concours "Bravo Asian in Korea" en 2012. Avec A.M.E, il joue le Dan Bau - un instrument de musique vietnamien, monocorde. L'unique corde est pincée au moyen d'une tige en bambou, tenue de la main droite. La hauteur peut être modifiée à l'aide d'un manche flexible, muni d'un résonateur et tenu de la main gauche. Le son est spécial grâce à un bout de courgette sèche (aujourd'hui, on utilise souvent le bois). La difficulté, c'est que l'amplitude du mouvement de la poignée est assez restreinte.
Cela demande donc beaucoup de souplesse et de précision.

Morceaux

— 01 MIRAGE DE STEPPE / ??? ??? Composée par Han Gyu BARK
Au fin fond des prairies, les lacs et les rivières paraissent éloignés. C'est une grande Prairie (steppe) où les chevaux galopent au loin parmi le vent et les mystérieuses mélodies orientales. Au début l'improvisation est présente mais la musique évolue vers ce concept de « steppe » toujours basée sur le rythme traditionnel coréen. Les interprètes reflètent l'émotion coréenne avec leurs propres sensibilités.
— 02 I-NONG-GONG-GAM / ???? Composée par SeongWon GYE
Composée à l'origine pour un concerto de Danbou. L'inspiration lui est venue de célèbres chansons folkloriques : l'une est « Doragi taryeoung » de Corée et l'autre « Qua cau gio baie » du Vietnam. L'harmonie du vibrato traditionnel s'harmonise joliment tout au long de la chanson.
— 03 ARIRANG / ??? Arrangée par A.M.E
Vous allez pouvoir ressentir toute l'Asie dans notre Arirang (chant traditionnel coréen). Alors que les instruments venus du Vietnam et de Mongolie joue la note traditionnelle coréenne, le thème principal d'Arirang reste « sygimsae, nongem ». Cette musique est la perfor- mance la plus populaire d'A.M.E. Le plus populaire est la partie d'im- provisation car cela évolue et change tous les jours. Vous allez pouvoir apprécier cette réinterprétation de Arirang.
— 04 HOI TUONG / ?? Composée par XUAN THI
Hoi Tuong (Nostalgie) basée sur la musique traditionnelle de la
chanson vietnamienne. Cette composition présente l'amour et la vie du compositeur, c'est dans la partie lente de l'introduction qu'a était prise la composition de son père Xuan Khai « la mélodie du pays natal ».
— 05 INDIA Arrangée par MinHee YOO
Cette mélodie de répétition rappelle une danse indienne mystérieuse et fascinante. Grâce au tempo accélérant de plus en plus, le rythme varie est crée une sensation de dynamique à travers le public. La ca- dence du Danbou se distingue à l'apogée de la chanson.
— 06 5 KHASAG Composée par inconnu
La chanson provient d'une chanson traditionnelle mongole composée avec 5 principales notes du Morin khuur (un instrument à cordes mongol). Lorsque les interprètes chantent ensemble en mesure ternaire, la ligne mélodique simple permet au public d'apprécier et de profiter pleinement de cette chanson.
— 07 SONG OF BUUVEI / ???? ?? Composée par YeRam SUNG
Cette chanson est inspirée d'une chanson folklorique mongole, Buuvei. Une tonalité douce fait vivre durant un instant la vie nomade des mongols et offre un moment de apaisement et de réconfort au monde entier. Pour cette performance, la mélodie a était restructurée en ajoutant deux instruments traditionnels le Ajaeng (coréen) et le Khuuchir (mongolien) pour inspirer et retrouver plus de sentiments coréens.
« Buuvei Buuvei... Ne t'en fait pas. Ne t'en fait pas... »

Compositeurs & Amis

Juneyoung JOO Compositeur
Sébastien Manager de Pageeecords
Yeram SUNG Compositeur
Bugee Morinhuur Msicienne
Hugo KRIEGEL Video Recoding

Organisation & Mécénat

Korea Traditional Performing Arts Foundation K-vox Festival
Centre Culturel Coréen à Paris
Surim Cultirel Foundatin
Asian Music Ensemble / Production
Inbo LEE / Administrateur général
Thuy Linh NGUYEN - Korea Panorama / Direction de la communication Marine Colard, Pierre Funes / Chargé de communication
Tran Vu Tung Dang / Directeur artistique
Tsenguun / Design Graphique
Ikhyeon PARK / Brochure Design

Renseignements & Réservation

Tél 06 88 10 75 51 (Linh An)
amusicensemble@gmail.com
(Entrée 10 euros / tarif réduit 8 euros)

Octobre 2013

Du mercredi 16 au dimanche 20 octobre 2013

15E FESTIVAL DES CINÉMAS DIFFÉRENTS ET EXPÉRIMENTAUX DE PARIS
SEANCES HORS LES MURS LE 1er ET 13 OCTOBRE.

Le festival est un rendez-vous annuel international organisé par le Collectif Jeune Cinéma, coopérative de distribution et de diffusion des pratiques expérimentales de l'image et du film.

EDITO

Pour cette 15e édition du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris, 57 films récents sont présentés dans 6 programmes compétitifs, sélectionnés parmi plus de 800 films et vidéos reçus. Une compétition internationale reconduite depuis quatre ans et une délibération publique pour la remise des prix impliquera plus fortement cette année les spectateurs. Avec les membres du jury, ils prendront part à une discussion afin qu'ensemble ils définissent les modalités qui leur permettront de distinguer 5 films à récompenser. Richesse de l'argumentation, assentiment, polémique ou majorité des voix…?   Nous chercherons à travers cet échange à favoriser le partage de la réflexion, des points de vue, dire les possibles et les forces d'une cinématographie faite d'expériences, d'abstractions, d'essais et de narrations bouleversées, à travers des processus formels toujours questionnés.

La thématique générale de cette 15e édition du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris porte sur les usages d'images déjà là, déjà faites. C'est une manière d'interroger notre mémoire intime et collective, notamment à travers les images d'archives. Cette thématique innerve la compétition et s'articule en 8 Focus selon deux axes : l'un, essentiel, sur le Found Footage, pratique historique du cinéma expérimental dès ses premières Avant-Gardes, se décline en deux événements périphériques anticipant le festival. Le 1er octobre à la Clef, pour une séance intitulée Collage et le 13 octobre au Shakirail avec un panorama found footage contemporain, avant-goûts fameux au punk et poétique Christ the Movie de Mike Dunfield et à la séance Détournement, où la dimension critique de son usage, prend tout son sens dans le réemploi des images et des sons. L'autre axe, porte sur des documentaires élaborés à partir d'archives visuelles et sonores envisagées comme traces et matériau à un devenir créatif. Une relecture de l'Histoire(s) où ces empreintes, plastiques, idéologiques, historiques et mémorielles revisitées, se révèlent autant qu'elles se transforment. 4 films exemplaires dans leur démarches cinématographiques, 4 films de long métrage, porteurs d'enjeux esthétiques, poétiques et politiques remarquables. Ainsi nous avons le grand honneur et l'immense plaisir d'accueillir Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi, pour leur nouveau film, Pays Barbare, lors de notre soirée d'ouverture. Et pour les séances de 20h, Gym Lumbera avec son premier long métrage Anak Araw Albino. John Akomfrah, co-fondateur du collectif des années 80/90, le Black Audio Film Collective avec The Nine Muses et Aaron Nikolaus Sievers, cinéaste du collectif Film flamme à Marseille, avec Les Apatrides volontaires. Ces focus Archives se prolongent avec 3 rencontres, organisées vendredi et samedi après-midi par Enrico Campresi, Silvia Maglioni, Graeme Thomson et Derek Woolfenden. Enfin, nous proposons en soirée de clôture un ciné-concert avec l'intervention du groupe The Dreams sur la projection de Consultorio de Señoras (1926), réalisé par Ricardo et Ramon de Baños sur commande du roi d'Espagne Alfonso XIII. Un détournement musical aujourd'hui nécessaire à la vision de la sexualité patriarcale et hétéro-centrée des têtes couronnées ?

La programmation de cette 15e édition et son catalogue sont les fruits d'un travail collectif, de moments d'échanges et de réflexions, parfois mouvementés, souvent passionnés… Discuter, éprouver sa propre conception du cinéma expérimental et différent au contact des autres, projeter les œuvres choisis, autant d'éléments de dialogue que nous souhaitons poursuivre avec le public tout au long du festival et notamment autour d'un verre, dans le jardin automnal des Voûtes.

Laurence Rebouillon

COMPÉTITION INTERNATIONALE

Sélection de vidéos et de films expérimentaux et différents réalisés en 2012-2013. Un jury international composé de Nicole Fernández Ferrer, Stéphanie Heuzé, Kim Knowles, Emeric de Lastens et de Dario Marchiori, décernera lors d'une délibération publique plusieurs prix offerts par Andec Filmtechnik, Asimages, Lowave, Mediacapture, Re:Voir, Paris Expérimental et Super 8 reversal lab.

PROGRAMME 1, Jeudi 17 Octobre, 18h00
PROGRAMME 2, Jeudi 17 Octobre, 22h00
PROGRAMME 3, Vendredi 18 Octobre, 18h00
PROGRAMME 4, Vendredi 18 Octobre, 22h00
PROGRAMME 5, Samedi 19 Octobre, 16h00
PROGRAMME 6, Samedi 19 Octobre, 22h00

DÉLIBÉRATION PUBLIQUE DU JURY ET REMISE DES PRIX
Dimanche 20 Octobre, 14h00

REPRISE DES FILMS PRIMÉS
Dimanche 20 Octobre, 18h00

FOCUS : ARCHIVES :

FOCUS #1 : PAYS BARBARE, Angela Ricci Lucchi & Yervant Gianikian, France, 2013, 65'
Séance d'ouverture : Mercredi 16 Octobre, 20h (en présence des réalisateurs)
Angela Ricci Lucchi et Yervant Gianikian présentent Pays Barbare, leur nouveau film consacré à une relecture actualisée du fascisme italien. Le couple de cinéastes travaille depuis presque quarante ans à l'activation d'un dialogue et d'une tension permanente  avec les discours idéologiques de notre époque véhiculés par les images d'archives.

FOCUS#2 : ANAK ARAW, Gym Lumbera, Philippines, 2013, 70'
Ce film est le premier long-métrage réalisé par ce chef opérateur prisé de la jeune scène du cinéma philippin. Tourné en noir et blanc Super 8, 16 et 35mm, ce film documente sa propre réinvention et imprégnation aux images d'archives dans le contexte postcolonial des Philippines.

FOCUS#3 : THE NINE MUSES, John Akomfrah, Royaume-Uni, 2010, 92'
Vendredi 14 octobre, 20h
Construit comme un autel ou un monument, ce film-essai réinvestit l'histoire de  l'immigration d'après-guerre au Royaume-Uni pour y inscrire d'autres images à commémorer.

FOCUS#4 : LES APATRIDES VOLONTAIRES, Aaron Nikolaus Sievers, France, 2001-2013, 75'
Samedi 15 octobre, 20h (en présence du réalisateur)
Commencé tel un journal filmé, une bobine de 6 minutes est tournée chaque année depuis 10 ans. Un film « auto-archive », réminiscence d'une époque, de l'enfance, de l'Allemagne de l'Ouest des années de plombs jusqu'à aujourd'hui, où être né allemand et vivre en France donne une lecture singulière du monde, un regard déchiré…

FOCUS : FOUND FOOTAGE, COLLAGE ET DÉTOURNEMENT

Focus : COLLAGE
Mardi 1er octobre, 20h00, au Cinéma La Clef.
Sélection de films réalisés entre 1975 et 2013 retraçant l'évolution du collage depuis « l'art scotch » des dadaïstes.

Focus : FOUND FOOTAGE
Dimanche 13 octobre, 20h, au Shakirail, contribution libre.
Séance exceptionnelle au Kino Club mensuel du Shakirail (Association Curry Vavart) dédiée au found footage. Une programmation pirate explosive et festive animée par Derek Woolfenden.

Focus : CHRIST - THE MOVIE, Mick Duffiled, 1990, 82'
Samedi 19 octobre, 18h (en présence du réalisateur)
Conçu pour être projeté durant les concerts de Crass, Christ the Movie, est à l'image du plus important groupe anarcho-punk : expérimental, cru, bruyant, politique et sans concession.

Focus: DÉTOURNEMENT
Dimanche 20 octobre, 16h (Séance présentée par Fabien Rennet et Yves-Marie Mahé)
Sélection de 5 films irrévérencieux réalisés entre 1968 et 2007.

RENCONTRES (entrée libre) :

TABLE RONDE « OUVRIR L'ARCHIVE » 
Vendredi 18 octobre, 14h
La discussion portera sur les pratiques d'expositions des archives à partir des objets choisis (films, images, documents) par les intervenants : Anna Briggs (Université Paris 7), Lydie Delahaye (Université Paris 8), Adeena Mey (Université de Lausanne / ECAL) et Martina Panelli (Università di Udine / Université Paris 8).
Coordination : Enrico Camporesi (Université Paris 3 / Università di Bologna).

FLASHES OF A JUST ARCHIVED FUTURE
Vendredi 18 octobre, 16h30
Projection de BLIND DATA, nouveau tube-tract réalisé par Silvia Maglioni et Graeme Thomson, suivie d'une conversation visuelle avec l'historienne d'art Francesca Martinez sur l'émission BLOB de la télé italienne post-situationniste et autour de la possibilité d'une nouvelle recomposition critique du flux d'images virales.

« DE L'INFLUENCE DES RAYONS GAMMA SUR LE COMPORTEMENT DES MARGUERITES » (Influences directes ou indirectes du cinéma expérimental sur le cinéma traditionnel de fiction)
Samedi 19 octobre, 14h
Conférences animées par Derek Woolfenden à partir d'extraits de films (en partenariat avec l'association Curry Vavart) et le concours d'Emeric De Lastens, Yves-Marie Mahé, Julien Bibard et Fabien Rennet.

SOIRÉE DE CLÔTURE – CINÉ-CONCERT- FÊTE DE CLÔTURE
Dimanche 20 Octobre, 21h
Intervention musicale du groupe THE DREAMS sur une projection du film pornographique Consultorio de Señoras (1926), réalisé par Ricardo et Ramon de Baños sur commande du roi d'Espagne Alfonso XIII.

INFOS PRATIQUES
Retrouvez toutes les infos et la Bande-Annonce sur www.cjcinema.org

Lieux :
Les Voûtes, 19 rue des Frigos, PARIS 13e
Cinéma La Clef, 34 Rue Daubenton, PARIS 5e
Le Shakirail, 72 rue Riquet, PARIS 19e

Contact: 09 83 39 09 59 / festival@cjcinema.org

Le CJC bénéficie du soutien du CNC, de la DRAC Île-de-France, du Conseil Régional Île-de-France et de la Ville de Paris.

Avec la participation de :
Re:voir, S8 reversal lab, Lowave, As'image, Paris Expérimental, Mediacapture, Andec Filmtechnik,
Seconda Voce, Collectif Négatif, Curry Vavart, Kino Club,

Toutes les séances ont lieu aux Voûtes, sauf indications contraires.

( 5€ la séance (3€ tarif réduit), 15€ le PASS festival (10€ tarif réduit).
Soirée d'ouverture et Ciné-concert de clôture, entrée libre. )

Octobre 2013

Mardi 22 Octobre 2013 à 20h30


I-A-S - I-R-M
WORK IN PROGRESS

Part I : CONCERT
Intemporal Analogic Sound

Part II : PERFORMANCE
Impermanent Revolving Momentum
LE CONCERT
INTEMPORAL ANALOGIC SOUND,
Durée : 35-40mn.
Oubliant un disque vinyl sur une platine, Cyril BADAUT détecte la variété de sons engendrés par le diamant placé sur le sillon du disque rayé. De cette matière, il créé un environnement sonore qui apaise ou qui perturbe, qui évoque ou suffoque ; un son qui s'ouvre et qui ouvre sur soi. [ecouter un extrait]

LA PERFORMANCE
IMPERMANENT REVOLVING MOMENTUM,
Durée : 15-20mn.
Une lumière qui dévoile et qui devine des corps, qui nous fuient ou qui s'offrent.

Dans l'obscurité, un faisceau lumineux cherche à saisir la présence de trois corps qui ne se révèlent jamais intégralement. De leurs mouvements rapides nous ne distinguons que des traces impermanentes ; suspendus dans le temps. Nous ne les devinons que détails après détails. Leur présence se révèle par fragments, dans une lumière instable et mouvante.
Le faisceau lumineux est perturbé par des fréquences et des textures sonores issues des platines d'Intemporal Analogic Sound : une variété de sons engendrés par un diamant sur le sillon d'un disque. Chaque fréquence est exacerbée et construit un espace sonore de l'ordre du ressenti.
L'autre est impénétrable, introuvable. Je ne puis l'ouvrir ni défaire l'énigme. D'où vient-il ? Qui est-il ? Je ne le saurai jamais. (R.Barthes)

Performeuses & Danse :
Julie MARTIGNY
Christina TOWLE

Saxophone
Sylvain CATHALA
Clarinette
Frédéric ACQUAVIVA

Composition & Platines
Cyril BADAUT

Mise en Lumière & Video :
David MATHIAS

( Entrée 10 € )

Octobre 2013

Mercredi 30 octobre 2013 à 20h30

Concert Bambi Zombie

Bambi Zombie est né de la rencontre de trois univers aussi mélancoliques, épiques et sombres qu'une balade nocturne dans une forêt millénaire…
Pierre Boscheron, batteur - claviériste - sound designer, collaborateur de la première heure de -M-, construit un langage inspiré, des mélodies d'apesanteur, profondes et volubiles.
Epaulé par Pierre Fruchard dont les guitares savantes, poétiques et « serpentantes » participent à l'étrangeté et à la lenteur du voyage.
Pierre Cohen, jeune bassiste solaire, insuffle énergie et chaleur à cet univers musical aussi délicat et étrange qu'un faon revenu d'entre les morts…
Sur des arrangements rock souvent planants, la voix de Clémentine de Chabaneix laisse libre cours à une poésie destroy un rien déjantée et toujours juste. On pense à Tom Waits (Boneless Lover), à Cat Power (Les Adieux), voire PJ Harvey (Black Vulture), et on imaginerait bien Tim Burton leur demandant de faire la musique de son prochain film.
Le groupe emporte, enlace, embrasse. On rêve, on part loin, on revient et puis on tombe de haut, sans se faire mal, parce que nous aussi, comme le chante Bambi Zombie, on s'est accroché des ballons pour peser moins lourd.
JD Mohier

http://soundcloud.com/bambizombie
Image Isabelle Cochereau

(Entrée 8 euros)